Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
29 octobre 2014

le prix Alkarama décerné à Shireen Issawi pour la défense des doits de l’Homme

L’avocate palestinienne Shireen Issawi, connue pour son travail courageux dans le suivi et la documentation des violations des droits de l’homme commises par les autorités israéliennes contre les prisonniers palestiniens, sera récompensée par le Prix Akarama 2014.


COMMUNIQUÉ

"La Fondation Alkarama présentera son Prix 2014 au Centre œcuménique de Genève le jeudi 11 décembre, à l’occasion de la Journée des droits humains (10 Décembre).

La Fondation Alkarama est fière d’honorer Shireen Issawi pour son important travail, sa bravoure et son engagement sans faille dans la dénonciation des violations commises par les autorités israéliennes contre les défenseurs des droits de l’homme palestiniens. Shireen n’aurait pas pu être plus consciente des risques qu’elle prenait en défendant la cause des prisonniers politiques palestiniens ; cependant, elle a travaillé sans relâche pour apporter des changements à la question des conditions et des droits des prisonniers palestiniens », explique Mourad Dhina, directeur exécutif d’Alkarama.

En tant qu’avocate palestinienne, Shireen a dévoué sa vie à la défense des droits des prisonniers de conscience palestiniens illégalement détenus par Israël, en particulier ceux en détention administrative. « L’action continue de Shireen a rehaussé le profil des prisonniers politiques palestiniens, les avançant sur l’agenda international des droits de l’homme, et attirant l’attention du monde sur la pratique excessive, par Israël, de la détention administrative d’adultes et d’enfants palestiniens, la plupart d’entre eux incarcérés sans inculpation », a déclaré Rachid Mesli, directeur juridique d’Alkarama.



Shireen vient d’une famille de militants soumis au harcèlement constant des forces de sécurité israéliennes. Un de ses frères, Fadi a été tué à l’âge de 16 ans par l’armée israélienne lors de manifestations qui ont éclaté après le massacre de la mosquée d’Ibraham à Hébron en 1994, tandis que ses quatre autres frères ont tous purgé de longues peines dans des prisons israéliennes. Porte-parole de la campagne pour la libération de son frère Samer, connu pour ses 266 jours de grève de la faim, Shireen a été arrêtée par les autorités israéliennes le 6 mars 2014, peu après la libération de Samer, et a depuis été placée en détention provisoire, en cellule d’isolement. Selon des statistiques publiées par Addameer, une institution civile non gouvernementale palestinienne qui soutient les prisonniers politiques palestiniens, Shireen était l’une des 17 femmes détenues par Israël au début du mois de mai 2014 – sur 5271 prisonniers, dont 196 enfants, y compris 27 âgés de moins de 16 ans.

Autorisée à recevoir une visite de sa mère, peu de temps après qu’Alkarama ait informé la famille Issawi que leur fille avait reçu le Prix Alkarama 2014, Shireen lui a demandé de « remercier Alkarama ainsi que tout homme libre qui défend l’humanité, y compris la dignité humaine et la liberté ».

« Nous sommes très heureux que des gens qui ne nous connaissent pas soutiennent les défenseurs des droits de l’homme palestiniens ; et nous remercions toutes les organisations qui défendent les droits des personnes afin qu’elles vivent libres et puissent jouir de leurs droits dans leur pays », a rajouté la mère de Shireen, Laila.

Accusée de trois infractions relatives à la ’coopération avec des acteurs luttant contre l’État d’Israël’, son procès a été fixé pour trois jours d’audiences, les 23, 28 et 30 octobre 2014. « Shireen est l’une des avocates palestiniennes les meilleures et les plus professionnelles de Palestine ; j’espère vraiment qu’elle sera libérée avant la cérémonie afin qu’elle puisse recevoir son prix en personne », a déclaré Badee Dwaik, coordinateur de la Campagne Free Shireen Issawi. « Quoiqu’il en soit, ce prix signifie beaucoup pour elle et pour tous les défenseurs des droits de l’homme en Palestine ; il nous donne plus d’énergie pour continuer à se battre pour notre cause ».

Le Prix Alkarama est un prix symbolique décerné chaque année à une personne ou une organisation qui a contribué de manière significative à la promotion et la protection des droits de l’homme dans le monde arabe. Parmi les anciens lauréats figurent Abdulelah Haider Shaye (Yémen, 2013), Saud Al Hashimi & Dr Mohamed Al Roken (Arabie Saoudite et Émirats Arabes Unis, 2012), Aida Seif Al Dawla & Saïd bin Zair (Égypte & Arabie Saoudite, 2011), Haithem al Maleh (Syrie, 2010), et Ali Yahia Abdennour (Algérie, 2009).

Alkarama Foundation

www.alkarama.org


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8380