Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
24 novembre 2014

Benoit Hamon et la Palestine : Doit mieux faire pour « récupérer des voix »

Benoit Hamon, député socialiste des Yvelines, vient de se faire épingler par le Canard Enchainé pour avoir déclaré que sa résolution sur la nécessaire reconnaissance d’un Etat palestinien était « tout à fait opportune sur le plan électoral ».

« Il s’agit du meilleur moyen pour récupérer notre électorat de banlieue et des quartiers, qui n’a pas compris la prise de position pro-israélienne de Hollande, et qui nous a quittés au moment de la guerre à Gaza », a déclaré Benoit Hamon.

Outre le caractère détestable et révélateur des termes employés comme « les quartiers » ou encore « la guerre à Gaza » (qui se garde de nommer l’attaquant israélien), Monsieur Hamon, n’ a pas totalement tort de penser qu’une grande partie de la population, constituant un fort pourcentage de l’électorat en France, ne veut plus voter pour des candidats qui font preuve de lâcheté, voire de complicité, sur une question aussi importante que la Palestine pour notre avenir à tous.

Mais « l’électorat des banlieues et des quartiers" ne se contente pas de poudre aux yeux. Il réclame des prises de position et des actes honnêtes et justes.

Or ce n’est pas le cas de la résolution des trois députés socialistes, membres de la commission des Affaires Etrangères Benoît Hamon (Yvelines), Gwenegan Bui (Finistère) et François Loncle (Eure), "proposant que l’Assemblée nationale adopte une résolution invitant le gouvernement français à reconnaître l’Etat de Palestine au côté de l’Etat d’Israël ».
Ils écrivent en effet dans un communiqué : "Le rôle de la France est de tout faire pour inciter les parties prenantes à engager à nouveau de solides négociations devant aboutir à la création d’un Etat palestinien, meilleure garantie possible pour la sécurité de l’Etat d’Israël ».

Ainsi, ils renvoient l’occupant, 4ème ou 5ème puissance militaire mondiale, seul détenteur de la bombe atomique au Moyen Orient, dos à dos avec un peuple occupé qui ne possède aucune armée, en leur demandant de « reprendre des négociations » dont on sait qu’elles sont un leurre, permettant à Israël de se saisir de toujours davantage de terres palestiniennes.

Tout ça sans l’évocation de la moindre contrainte à l’égard de l’occupant israélien et dans l’intérêt, bien entendu, de sa « sécurité ».

C’est un peu court jeune homme, qui ne manquez pas un diner du CRIF, pour gagner des voix.

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 7880