Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
31 décembre 2014

Le Conseil de sécurité de l’ONU rejette une résolution de la Palestine

Le Conseil de sécurité de l’ONU a rejeté mardi soir une résolution de l’Autorité Palestine, pourtant bien timide, demandant qu’il soit mis fin, d’ici trois ans, à l’occupation israélienne des territoires conquis en 1967 (Jérusalem-Est et Cisjordanie, bande de Gaza).

Rappelons qu’une résolution identique sur ce point, la résolution 242, avait déjà été adoptée dès …. 1967, mais l’impunité israélienne a continué tout ce temps, comme on le sait.

Sur les 15 membres du Conseil de sécurité, 8 ont voté mardi pour la nouvelle résolution, présentée par la Jordanie au nom de l’Autorité Palestinienne : Russie, Chine, France, Jordanie, Tchad, Luxembourg, Argentine et Chili.

Mais outre le fait qu’une résolution, pour être adoptée, doit l’être par deux tiers des membres (donc 9 minimum et pas 8), le projet s’est heurté, comme prévu, à l’opposition des Etats-Unis, qui ont droit de véto dans cette instance (au même titre que les 4 autres membres permanents du Conseil : Chine, France, Royaume-Uni, Russie).

Les Etats-Unis et l’Australie ont effectivement voté contre, tandis que cinq autres s’abstenaient « courageusement » après avoir reçu moult coups de fils et menaces de la direction israélienne : Royaume-Uni, Nigéria, Rwanda, Lituanie, Corée du Sud.

Et maintenant ?

Les dirigeants palestiniens étaient bien entendu conscients du fait que la résolution ne passerait pas, les Etats-Unis ayant réaffirmé ces derniers jour leur allégeance à Israël.
C’est pourquoi Mahmoud Abbas avait prévenu qu’en cas d’échec, il utiliserait d’autres instruments diplomatiques, et demanderait l’adhésion de la Palestine à une série d’agences et organismes dépendant des Nations-Unies ; depuis sa reconnaissance comme Etat observateur à l’ONU en 2012, la Palestine en a parfaitement la faculté juridique.

D’un point de vue pratique, c’est l’adhésion de la Palestine à la Cour Pénale Internationale (CPI) de La Haye qui pourrait être la plus gênante pour les criminels de guerre israéliens. Reste à savoir si l’Autorité Palestinienne passera de la parole aux actes (l’été dernier, alors même que Gaza était bombardée sans relâche, l’Autorité Palestinienne avait carrément saboté une première plainte, pour complaire aux dirigeants israéliens).

Et le vote positif de la France ? Il est apparemment en ligne avec les vœux, sans portée pratique, des parlementaires français, qui ont voté récemment pour la reconnaissance d’un Etat de Palestine.

Nul doute que le « oui » français à l’ONU déplaira à Netanyahou et à son lobby en France. Mais ces gens-là ne sont qu’ingratitude. Ils oublient un peu vite les encouragements à la tuerie que leur avait prodigués François Hollande, au premier jour de l’attaque israélienne sur Gaza l’été dernier.

Rappelons-nous : « Le président a exprimé au Premier ministre israélien la solidarité de la France face aux tirs de roquettes en provenance de Gaza. Il lui a rappelé que la France condamne fermement ces agressions. Il appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces » (Palais de l’Elysée, Paris, 9 juillet 2014).

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 7880