Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
3 mars 2015

TAFTA et manoeuvres israéliennes contre BDS

Une preuve supplémentaire des sueurs froides que le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) provoque dans les rangs israéliens : la proposition de loi présentée au parlement américain par deux députés, pour essayer de se servir du fameux accord de libre échange entre l’Europe et les USA, pour retirer cette grosse épine de leur botte d’occupant.

Le site actualité juive se réjouit d’avance et écrit sous l’intitulé : "Une loi contre le boycott économique d’Israël", l’article suivant :

"Deux membres de la Chambre des Représentants, le Républicain Peter Roskam et le Démocrate Juan Vargas viennent de présenter une proposition de loi : le US-Israel Trade and Commercial Enhancement Act, la loi pour l’amélioration du commerce et des échanges entre Israël et les Etats-Unis. Derrière ce titre compliqué se cache une idée simple. Washington est actuellement en train de renégocier un colossal accord de libre-échange avec l’Union Européenne. L’occasion rêvée de poser des conditions à tous ceux, entreprises et Etats qui entendent développer leur présence sur le juteux marché américain.

style='float:left; width:200px;'>
Les deux membres du Congrès expliquent en effet que leur texte vise à « contrer le mouvement BDS de boycott, désinvestissement et sanctions contre Israël, qui menace la stabilité économique du principal allié des Etats-Unis au Proche-Orient ». Ils entendent donc décourager les futurs partenaires commerciaux étrangers de discriminer Israël.

Pour cela, l’administration américaine devra utiliser les négociations avec ses interlocuteurs comme moyen de pression pour les dissuader de se ranger derrière le BDS, ou pour les convaincre de renoncer aux mesures de boycott qu’ils auraient déjà prises. Même les entreprises, notamment celles qui sont cotées sur les places financières américaines auront à rendre des comptes et à prouver qu’elles ne participent pas à l’isolement économique d’Israël. Les deux législateurs prévoient aussi que la mesure devra fonctionner dans les deux sens. Aucune entreprise américaine ne devra être pénalisée pour ses relations commerciales avec Israël et les tribunaux américains devront refuser de faire exécuter des décisions de justice étrangères qui les auraient condamnées pour un tel motif.

Contrer le mouvement BDS

Le Congrès américain dispose en effet d’une sérieuse force de frappe pour tout ce qui touche au commerce international. C’est notamment lui qui donne au Président le droit de négocier des accords de libre-échange et peut donc poser un certain nombre de conditions préalables. Les deux élus entendent bien que la lutte contre le BDS soit au nombre de ces conditions avant la phase décisive des discussions. Et c’est le meilleur moment pour agir, alors que les Européens comptent augmenter de 0,5% leur production économique annuelle, grâce à l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis.

Si le dispositif fonctionne, les deux représentants américains espèrent aussi le généraliser à d’autres accords commerciaux auxquels Washington serait partie, explique Juan Vargas. « Nous devons clairement réaffirmer la position des Etats-Unis et dissuader d’autres pays d’adopter des mesures de discrimination économique à l’égard d’Israël ».

NE PAS VENDRE LA PEAU DE L’OURS...


Voilà qui ne va pas augmenter la popularité de TAFTA, ce fameux traité dénoncé par de multiples mouvements comme un dangereux cadeau aux multinationales, qui vont enfin pouvoir introduire en Europe leurs OGM, poulets et boeufs aux hormones, et par la même occasion abaisser les normes concernant les droits au travail, les normes sociales, environnementales, de protection de la vie privée et des consommateurs.




Sans parler des atteintes aux services publics (tels que ceux liés à l’eau) et le patrimoine culturel, le tout "dans le cadre de négociations non transparentes", comme le souligne ATTAC qui est à l’initiatitve de la pétition :
https://www.collectifstoptafta.org/agir/article/signez-l-ice-auto-organisee




Donc une raison supplémentaire de s’opposer à ce marché de dupes.

Quant à la campagne de Boycott d’Israël, la seule manière d’arrêter son irrésistible ascension serait, pour Israël, de mettre un terme à l’occupation et à la colonisation, comme au nettoyage ethnique des Palestiniens et de respecter l’ensemble de leurs droits.

Sinon, comme pour l’Afrique du Sud de l’apartheid, ce mouvement ne peut que prendre de l’ampleur, y compris en l’absence de morale de nos gouvernements.



Brochure BDS en vente (3 euros) à la librairie Résistances à Paris et en écrivant à info europalestine.com

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1170