Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
10 mars 2015

Libérez les enfants emprisonnés et torturés par Israël !

Cela fait maintenant deux ans que les 5 garçons de Hares, accusés d’avoir jeté des pierres sur une route empruntée par des colons, sont détenus et torturés dans les geôles israéliennes. Mais qui parmi nos dirigeants s’émeut de leur sort ? Rien à attendre de Christiane Taubira, "notre" ministre de la Justice, qui s’est assise sur tous ses principes depuis que ce portefeuille lui a été confié, et qui a tranquillement défilé bras dessus bras dessous avec des tortionnaires d’enfants.


Pour rappel, le 14 mars 2013, une voiture conduite par un colon a eu un accident banal de la route en rentrant dans un camion à l’arrêt, dont le chauffeur était en train de changer un pneu. Cet accident, qui a blessé les 4 passagers de la voiture du colon, est survenu sur une route construite illégalement sur des terres volées aux Palestiniens, et les colons ont ensuite prétendu que cet accident résultait d’un jet de pierres sur a route par des jeunes palestiniens.

La version initiale du camionneur qui avait indiqué à la police s’être arrêté pour changer un pneu s’est ensuite transformée en un témoignage où il disait s’être arrêté sur la route parce qu’il y avait vu des pierres, alors que l’accident a eu lieu de nuit, alors qu’on ne pouvait rien voir sur la route.

C’est ainsi que les colons du coin ont transformé un simple accident de la route en une attaque terroriste, dont 61 Israéliens, dont des policiers sont venus témoigner, alors qu’ils n’étaient pas sur place !

Dans les jours qui ont suivi l’accident, une cinquantaine de soldats israéliens masqués et accompagnés de chiens d’attaque ont envahi le village de Hares à l’aube et ont kidnappé 19 enfants de ce village de Cisjordanie pour les incarcérer, en cellule d’isolement dans le donjon de Al Jalame —surveillé par G4S— pendant plus de 2 semaines, dans des cages crasseuses, sans air et sans matelas, de 1 M sur 2, dans les sous-sols de cette prison.


Benjamin Natanyahou a annoncé aux colons qu’il avait "arrêté les terroristes". Et pour obtenir des aveux, les enfants ont été sauvagement torturés et ont menacés de viols sur les membres féminin de leurs familles s’ils ne confessaient pas avoir jeté des pierres.

Avec des "aveux" obtenus de la sorte et des faux témoignages de colons et de policiers, 5 des jeunes garçons ont été inculpés de 25 tentatives de meurtre chacun, par un tribunal militaire de l’occupant israélien qui a décidé que chacun des garçons avait lancé 25 pierres dans "l’intention de tuer" !

Les 5 garçons ont été transférés illégalement en Israël dans la prison de Meggido. L’article 76 de la 4ème Convention de Genéve stipule qu’une puissance occupante n’a pas le droit de transférer tout ou partie de la population occupée su son territoire.

Dans cette prison où G4S exerce également ses compétence, de même que HP (Hewlett Packard, qui fournit des services techniques et des serveurs pour les miradors et équipements qui servent à la torture, les 5 enfants croupissent depuis 2 ans, tandis que leurs familles sont contraintes de payer, à des prix exorbitants, leur nourriture, leurs vêtements, sous-vêtements, chaussures.. et produits d’hygiène, tels que savon et dentifrice.

Le tout, sans le moindre procès, les comparutions étant régulièrment repoussées, étant donné l’absence de preuves. Chaque fois, les familles perdent une journée, font la queue, se font humilier aux checkpoints pour venir aux audiences, avec l’espoir de pouvoir apercevoir leur fils un instant, pour s’entendre annoncer qu’elles sont reportées.

L’ UNICEF a dénoncé Israël comme étant le seul pays au monde à poursuivre des enfants de vant des tribunaux militaires où leurs droits sont nécessairement bafoués. Israël bat des reord à faire pâlir d’envie les dictatures les plus féroces avec un taux de 99,74 % de condamnations
devant les tribunaux militaires (réservés à la population palestinienne).

Si les 5 jeunes de Hares sont jugés coupables, malgré l’absence de preuves tangibles, ils encourent une peine de prison de plus de 25 ans de prison !

Et leur cas n’est pas isolé, puisque l’an dernier, Israël a kidnappé 1266 enfants palestiniens, soit un enfant enlevé à ses parents toutes les 7 heures.

Et 75 % de ces enfants sont subi des tortures physiques pendant les interrogatoires.

Ainsi, sur les 600 enfants arrêtés par Israël à Jérusalem Est, 40 % ont été l’objet d’abus sexuels par des soldats pendant leur interrogatoire.

Des militants britanniques de "Innovative Minds" (inminds.com) et de la "Islamic Human Rights Commission" manifestent tous les 15 jours dans le centre de Londres, depuis août 2012, pour faire connaître le sort des prisonniers palestiniens et pour protester contre la collaboration de la firme de "sécurité" britannique G47 avec les tortionnaires israéliens.


Ils manifesteront ce vendredi 13 mars à nouveau pour rappeler le sort de ces 5 enfants qui ont été kidnappés, sauvagement torturés et emprisonnés par Israël, sans la moindre preuve, depuis 2 ans.

Palestinian Prisoners Campaign : www.inminds.com/caged

https://www.facebook.com/inmindscom - https://twitter.com/InmindsCom

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

et à intervenir auprès du président de la République pour qu’il cesse de dérouler le tapis rouge en France à des tortionnaires

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 240