Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
29 avril 2015

Israël et l’humanitaire : Au Népal, priorité aux bébés achetés aux mères porteuses

L’achat de bébés au Népal par des Israéliens qui ont eu recours à des mères porteuses, amène Israël à faire porter la priorité des secours sur ces nouveaux-nés, les mères qui ont accouché restant quant à elles à Katmandou, dans leur misère et terribles lendemains du séisme. Elle est belle la loi du marché !


"Israël va évacuer en priorité 25 bébés nés de mères porteuses et leurs parents adoptifs, pour la plupart homosexuels, depuis le Népal où un violent séisme a ravagé le pays, ont annoncé dimanche les autorités israéliennes. Il y a actuellement à Katmandou 25 nourrissons nés de mères qui les ont portés pour le compte d’Israéliens venus les récupérer au Népal, a expliqué le ministère des Affaires étrangères.

Les 25 bébés et les Israéliens qui s’occupent d’eux seront « les premiers à monter dans l’avion » pour être ramenés en Israël, a dit Sabine Hadad, une porte-parole du ministère de l’Intérieur.

Sur les 25 enfants concernés, 15 ont vu le jour par l’entremise de Tammuz, une société israélienne prodiguant les services de mères porteuses, a dit son responsable commercial Roy Youldous.

La plupart des clients de Tammuz sont des hommes homosexuels, a-t-il expliqué. En vertu de la loi israélienne, seuls les couples hétérosexuels ont le droit d’avoir des enfants de mères porteuses. Les homosexuels ou les personnes seules se tournent parfois vers la gestation pour autrui dans des pays en voie de développement, une pratique très controversée dénoncée par ses détracteurs comme l’exploitation de la misère.

D’autres Israéliens, autorisés à recourir à des mères porteuses, renoncent à le faire en Israël à cause du prix ou de la complexité des procédures. En dehors des Etats-Unis, où les prix découragent également les candidats, le Népal est pratiquement la seule destination possible, malgré les conditions qu’il impose, comme l’exigence que les mères porteuses ne soient pas Népalaises, dit Roy Youldous."

Et les mères dans tout ce trafic de bébés ?


Non seulement, elles doivent rester là où elles sont, d’autres agences israéliennes se chargeant d’importer des contingents de femmes indiennes en Israël, à la seule fin de devenir des mères porteuses sur place et d’y rester le temps de mettre les bébés au monde dans de meilleures conditions sanitaires. Et puis, buy, buy !
Et les agences, souligne le Jerusalem Post, conservent la majorité de la somme versée par les parents adoptifs, ne laissant que la portion congrue au mères porteuses.

Mais certains disent déjà également : et ces bébés nés de mères non juives que vont-ils devenir en Israel ?

Car, comme le fait remarquer le Jérusalem Post, les pères qui reviennent avec ces nouveaux-nés qui ont été portés par des mères non juives, à partir d’ovules achetés à des Américaines et des Sud-Africaines blanches mais non juives, vont avoir beaucoup de mal à les faire accepter par l’Etat théocratique juif.

Peu de rabbins seront d’accord pour les convertir au judaïsme, notamment dans le cas de couples du même sexe. ET les rares qui pourraient accepter exigeront des parents qui ne sont pas religieux, qu’ils se plient à certaines pratiques religieuses et qu’ils envoient ces enfants dans des écoles religieuses.

www.jpost.com/Israel-News/Babies-born-to-surrogate-mothers-in-Nepal-face-religious-obstacles-once-they-arrive-here-400502?utm_source=twitterfeed

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8440