Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
8 mai 2015

L’Egypte arrête et torture 9 pêcheurs de Gaza

Le 3 mai, le procès de neuf pêcheurs palestiniens kidnappés par l’armée égyptienne alors qu’ils pêchaient au large de Rafah, la ville frontalière, a eu lieu dans la ville égyptienne d’Al-Arish. Trois des pêcheurs sont des frères, Ali Abu Hamada, 36 ans, avec huit enfants, Mahmoud Abu Hamada, 22 ans, et Mohamed Abu Hamada, 32 ans avec trois enfants. Parmi les détenus se trouve également un garçon de 13 ans.



L’épouse de Mohamed avec leurs trois enfants.

Publié par Marie Moudrer · 7 mai 2015, 22:02

Depuis la fin du dernier massacre à Gaza la situation des pêcheurs n’a cessé d’empirer : ils n’osent même pas atteindre la limite de quatre miles, alors que, officiellement, le blocus maritime imposé par l’Etat israélien commence à six miles, les attaques contre les pêcheurs sont continuelles, parfois même dès deux miles. Les Palestiniens enfermés à Gaza subissent la collaboration décomplexée et totale du gouvernement égyptien avec l’Etat d’Israël.

Gaza port de mer

L’enlèvement des pêcheurs vient s’ajouter à la longue liste de leurs souffrances. La destruction des tunnels prive les pêcheurs de fibre de verre nécessaire à la réparation des impacts de balles dans les coques de leurs bateaux et de pièces de rechange pour leurs moteurs.

La mère des trois frères, Nasmiya, native de Yibna, un village palestinien anéanti par le colonialisme israélien lors de la Nakba, raconte cet énième malheur survenu dans sa vie depuis la création de l’Etat d’Israël en Palestine.

Le 16 Mars 2015, ses fils, ainsi que six autres pêcheurs du camp de réfugiés d’Al-Shati, situé dans la partie nord de la bande de Gaza, se sont dirigés vers le sud de la ville de Rafah, en essayant d’échapper aux attaques continues des forces israéliennes d’occupation et à la recherche d’eaux moins polluées et plus poissonneuses.

Le lendemain, la famille a reçu un appel téléphonique de l’armée égyptienne lui disant que les neuf pêcheurs étaient morts et que leurs corps étaient en Egypte, prêts à être retournés dès la prochaine ouverture de la frontière de Rafah. Ce ne fut que deux semaines plus tard quand l’un de ses fils a réussi à prendre une photo des neuf hommes et à envoyer à sa mère, en témoignage qu’ils étaient encore vivants.

Malgré la mauvaise qualité de l’image, les signes de torture sur leurs corps étaient clairs : brûlures de cigarette, les yeux noirs, des plaies et des contusions. Pour des raisons de sécurité Nasmiya nous demande de ne pas publier la photo.

La famille ne connait toujours pas l’issue du procès, et personne n’ose faire de prédictions.


(Traduit par Marie Moudrer)

Source : palsolidarity.org/2015/05/nine-palestinian-fishermen-kidnapped-by-the-egyptian-army/

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 7870