Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
18 mai 2015

Gideon Levy : "Il est temps que la FIFA sorte le carton rouge contre Israël"

Gideon Levy, l’un des très rares journalistes israéliens qui ne mâche pas ses mots et ne craint pas de se prononcer pour le boycott d’Israël, recommande à la FIFA de suspendre Israel des compétitions internationales.


"Il est temps que la FIFA sorte le carton rouge contre Israël

Israël va crier à l’injustice, mais sa suspension du football international pourrait réellement changer la donne

Par Gidéon Levy. 17 mai 2015

Il faut dès maintenant dire la vérité : J’espère qu’on va suspendre Israël de la FIFA. Le 29 mai, les mesures prises pourraient changer la donne. Elles pourraient créer une réaction en chaîne, dont le résultat est difficile à prévoir. Si l’instance suprême du football sort le carton rouge contre Israël, comme l’exigent les Palestiniens, cela pourrait dire que le foot va devenir une source de changement.

Cela voudrait dire que le moment est enfin venu de faire payer Israël pour les crimes de l’occupation : Les Israéliens commencent alors à être pénalisés pour ce qui se fait en leur nom, avec leur participation, leur accord et leur financement. Si Israël continue de violer la loi internationale, de s’en moquer de façon arrogante et grossière, cela a un prix. Quoi de mieux que de bannir Israël des matchs internationaux de football jusqu’au moment où il changera son comportement ? Cela a réussi étonnamment bien par le passé dans plusieurs domaines, en ce qui concerne le mentor d’Israël, l’Afrique du Sud : Le boycott international des sports soumis à l’apartheid, a été un des éléments décisifs qui ont mené à la chute du régime, ce qui pourrait réussir aussi dans le cas d’Israël.

La réponse immédiate à la décision de suspendre Israël, sera naturellement celle d’Israël de crier à l’injustice, de jouer à la victime, de serrer les rangs et de lancer une contre-attaque : Regardez ce qu’ils nous font ces antisémites, ces haïsseurs d’Israël ; nous sommes une nation qu’on isole, le monde entier est contre nous ! Evidemment, la mémoire de l’Holocauste sera invoquée. Les politiciens et les magouilleurs se surpasseront avec des déclarations indignées. Le député Isaac Herzog, président de l’Union Sioniste, annoncera que, dans ce cas, il n’existe ni opposition, ni coalition, il y a un seul peuple. Israël déclarera illégal le football palestinien avec force directives de la part d’un général de l’ « Armée de Défense » d’Israël : tout jeune ballon au pied sera arrêté ; peut-être qu’un stade de Gaza sera bombardé du fait que c’est un entrepôt d’armes ; à Ramallah, le bureau du patron du foot palestinien Jibril Rajoub, sera rasé. Ce n’est pas la première fois.

La République Tchèque et le Canada offriront de jouer des matchs amicaux contre Israël ; Shimon Peres organisera un match entre la Micronésie et les Palestiniens.

Mais quelques mois plus tard, dans le déclin, découragé, sans football international ni horizon diplomatique international, Israël se retrouvera avec des questions et des doutes. Que fera-t-il pour revenir de l’Île du Diable ? Mais pourquoi avoir fait tout ça ? Et surtout, est-ce que ça en valait la peine ? Faut-il continuer l’occupation et en payer le prix qui ne fera que continuer à augmenter ? Ça vaut la peine de se faire ostraciser pour les colonies d’Itamar et de Yitzhar ?
Les sanctions et les embargos ne s’en tiendront pas à Zürich : La FIFA donnera le premier coup de sifflet – ce qu’attend précisément une partie du monde.

Puis, lorsque le prix deviendra insupportable, un nombre croissant d’Israéliens se réveilleront de leur indifférence. Il n’y a aucune chance qu’ils le fassent avant tout ça : Il n’y a aucune raison, car la vie est belle, la société est dans le déni et les cerveaux sont lavés.

L’interdit sur le foot ne tue personne. Un boycott ne verse pas de sang. C’est une arme légitime pour établir la justice et appliquer la loi internationale. Israël a soutenu, soutient les boycotts et les encourage : contre le Hamas, contre Gaza et, évidemment contre l’Iran. Il s’était même associé tardivement au boycott contre l’Afrique du Sud, toutefois contre son gré. Maintenant, c’est son tour.

Quiconque peut-il nier qu’on lui ait montré bien des fois le carton jaune et qu’il ait continué à faire comme si rien n’était ? Ne devrait-on pas lui sortir un carton rouge pour l’emprisonnement de millions de Gazaouis, y compris les footballeurs de Gaza ?

Le Président de la FIFA se souvient-il du footballeur dont il avait prédit le brillant avenir, Mohammed al-Qatari, natif du camp de réfugiés al-Amari, étudiant à l’Académie Joseph Blatter de Ramallah ? Sait-il que Qatari a été tué par une balle en pleine poitrine, tirée à 70 mètres par l’ « Armée de Défense » d’Israël, alors qu’il protestait contre la dernière guerre de Gaza ? N’était-ce pas un crime ?

Israël affiche maintenant un visage diplomatique choqué par l’insulte, essayant ainsi d’empêcher que ne tombe le décret fatidique. Et il pourrait même y arriver cette fois-ci. Toutefois, n’est-il pas temps de se demander : Combien de temps encore ?

Source : http://www.haaretz.com/mobile/.premium-1.656746?v=BA4E40329982AA486AC105D2577FECA0

Traduit par Chantal C. pour CAPJPO-EuroPalestine

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 7870