Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
20 mai 2015

FIFA : Blatter sort bredouille de sa rencontre avec Netanyahou

Le président de la FIFA Joseph Blatter, en « mission de paix » au Proche-Orient, est sorti lamentablement bredouille de sa rencontre mardi à Jérusalem avec le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahou.

style='float:left; width:354px;'>
Blatter, de son propre aveu, espérait obtenir d’Israël quelques concessions concernant le football palestinien, dont l’étranglement permanent, analogue à celui qui frappe l’ensemble de la Palestine, a suscité une résolution demandant la suspension d’Israël de la FIFA.

Cette résolution est inscrite à l’ordre du jour du prochain congrès de la FIFA, les 28 et 29 mai à Zürich.

Mais en fait de concessions gouvernementales israéliennes, Blatter a eu droit à un nouveau pied de nez de Netanyahou.

Netanyahou vient d’embaucher comme ministre de la « Justice » une politicienne fasciste, Ayelet Shaked, qui prône publiquement le génocide du peuple palestinien. Il vient également de nommer comme responsable des « négociations » avec les Palestiniens son acolyte Silvan Shalom, un homme dont la feuille de route tient en une phrase : « Il n’y aura jamais d’Etat palestinien ! »

La Fédération Palestinienne de Football, de son côté, a répété qu’elle était prête à retirer sa motion, pourvu qu’Israël satisfasse des revendications minimales, toutes conformes aux statuts régissant l’organisation internationale, à savoir :

  • reconnaissance, par Israël, de la juridiction de la fédération palestinienne sur les territoires … palestiniens
  • libre circulation de joueurs de football palestiniens à l’intérieur des territoires palestiniens, ce qui implique aussi leur libre passage entre le territoire palestinien de Gaza et celui de la Cisjordanie
  • arrêt de l’embargo, par Israël, sur les équipements sportifs envoyés de l’étranger aux clubs palestiniens
  • sanctions contre les clubs israéliens les plus ouvertement racistes, comme le tristement célèbre Beitar de Jérusalem, dont les supporters hurlent des « morts aux Arabes » dans leur stade, et ensuite dans les rues de Jérusalem où ils se livrent régulièrement à des ratonnades, sous le regard bienveillant de la police.
  • Enfin, exclusion des instances israéliennes des cinq clubs installés dans les colonies juives illégales de Cisjordanie, et réservés aux seuls colons.

Comme on le voit, il s’agit là de revendications portant uniquement sur l’organisation du football, et pas des crimes de la colonisation en général.



(Blatter avec les dirigeants de la fédération israélienne et leur patron Netanyahou, mardi à Jérusalem)

Mais, tandis que les responsables de la fédération israélienne, conviés à la rencontre Blatter-Netanyahou, continuaient d’annoncer, de manière quelque peu surréaliste, que « c’est mal de mélanger le sport et la politique », le patron du gouvernement israélien n’a pas fait la moindre concession, déclarant, en plaisantant, qu’il assisterait en revanche volontiers à un match Israël-Palestine.

Blatter doit se rendre mercredi à Ramallah pour rencontrer les responsables de la fédération palestinienne.

Le président de celle-ci, Djibril Rajoub, a néanmoins prévenu que la question ne pourra être tranchée qu’au Congrès de Zürich à la fin du mois.

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8700