Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
24 juillet 2015

Qui va défendre Amer, enfant palestinien qui risque dix ans de prison pour jet de pierres ?

Amer Bajawi, 14 ans, détenu depuis 2 mois dans la prison israélienne de Meggido, comparaîtra la semaine prochaine devant un tribunal militaire israélien, et encourt une peine de 10 ans de prison pour jet de pierre sur une route empruntée par des colons, dans son village de Yabad près de Jénine.

type="image/jpeg">JPEG
Des enfants palestiniens protestent contre l’emprisonnement d’une fillette emprisonnée par Israël au début de l’année (photo Ahmad Al-Bazz ActiveStills)

Quel est le "crime" commis par Amer Bajawi ? Le 23 mai dernier, à 10 H du matin, il se trouvait sur un olivier de son village, en Cisjordanie occupée, avec un copain, quand des soldats israéliens se sont rués sur eux, les ont menottés et embarqués les yeux bandés, les accusant d’avoir jeté des pierres en direction de voitures de colons israéliens empruntant la route 14 les conduisant à leur colonie (illégale) voisine.

Pendant ses premières 6 heures de détention, Amer s’est vu refuser la possibilité d’aller aux toilettes, et obligé de rester assis à même le sol d’une jeep, poignets liés, jeep qui l’a transporté dans trois centre de détentions différents, rapporte l’ONG Defence Children International (DCI).

Puis, il a été incarcéré dans la prison de Meggido, en Israël, en contravention de 4ème Convention de Genève qui interdit à toute puissance occupante de transférer des habitants des territoires occupés sur ceux de la puissance occupante.

Après des interrogatoires musclés, le jeune Amer a signé des aveux concernant le jet de pierres et il passera en jugement le 28 juillet prochain, devant un tribunal militaire qui peut le condamner jusqu’à 10 ans de prison, selon les lois édictées par israël. Lois qui ne s’appliquent qu’aux Palestiniens, puisque les colons squattant illégalement sur les mêmes territoires ne sont pas concernés par ces sanctions, y compris en cas de délits similaires.

Le parlement israélien a confirmé, le 20 juillet 2015, le projet de loi qui pénalise le jet de pierres de 20 ans de prison, "pour ceux qui ont jeté des pierres sur des voitures en ayant l’intention de blesser ses voyageurs", et une peine de 10 ans "pour ceux qui l’ont fait sans intention de blesser" !

style='float:left; width:334px;'> type="image/jpeg">JPEGL’UNICEF avait condamné en 2013 ces pratiques d’arrestation et de détention des enfants palestiniens, dans un rapport concluant que la torture des enfants palestiniens dans le système de détention militaire israélien, était "très largement répandu, systématique et institutionnalisé".

Rapport qui avait causé quelques remous et amené le gouvernement israélien à promettre des réformes dans ce domaine, notamment en ce qui concerne les arrestations de nuit, le recours aux yeux bandés, l’information donnée aux parents, la possibilité pour l’enfant de voir un avocat moins de 4 jours après son arrestation, et l’enregistrement des interrogatoires, rappelle DCI.

Mais constate cette ONG internationale, pratiquement rien n’a changé depuis. Pour une "bonne raison" : Israël a exclu de ces "réformes" toutes ce qui est considéré comme une "atteinte à la sécurité". ... Et le jet de pierres en fait partie !

Ainsi le jeune Amer n’a jamais été informé de ses droits, s’est vu refusé de pouvoir parler avec un avocat, a été interrogé en l’absence de ses parents, lesquels ont été tenus dans l’ignorance de l’endroit où il était emmené par l’occupant, note Gerard Horton, avocat qui monitore les actions des tribunaux militaires.

Les fouilles à nu et les mauvais traitements restent monnaie courante pour les enfants Palestiniens, et cela fait depuis 1967 que cela dure", conclut-il.

Même Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU a établi dans son rapport de juin dernier qu’une moyenne de 188 mineurs palestiniens par mois, âgés de 14 à 17 ans, sont détenus par Israël dans ses prisons militaires, "record" inégalé dans le monde, tous pays confondus !

Et ce apport annuel précise que ces enfants sont "soumis à des mauvais traitements, reçoivent des coups, sont battus avec des bâtons, et maintenus de longues heures ligotés"

Mais combien de rapport similaires faudra-t-il encore pour que nos dirigeants, nos institutions, si enclins à se revendiquer d’une civilisation supérieure, portent assistance à ces enfants quotidiennement torturés ?

Vous pouvez poser la question à François Hollande en lui envoyant une de nos cartes postales (libre d’affranchissement) :

  • VERSO :
    JPEG
  • RECTO :
    JPEG

Pour en recevoir, écrivez-nous à info europalestine.com

Source : https://electronicintifada.net/content/palestinian-child-faces-10-years-israeli-jail/14707?utm_source=EI+readers&utm_campaign=43cff1ae09-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_e802a7602d-43cff1ae09-290649781

(traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 240