Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
5 août 2015

Nouvelle torture israélienne : alimentation forcée pour les Palestiniens en grève de la faim

Le parlement israélien a voté une nouvelle loi scélérate et contraire à toutes les conventions humaines internationales : l’alimentation forcée des prisonniers politiques palestiniens en grève de la faim. Une loi spécifique pour leur supprimer leur unique moyen d’alerter le monde contre l’arbitraire de leur incarcération et contre les mauvais traitements que l’occupant leur fait surbir dans ses geôles, en toute illégalité.

Qui a protesté contre cette nouvelle forme de torture, véritable atteinte à la dignité humaine par le régime colonial, protégé par nos gouvernants ?

L’association de défense des prisonniers Addameer rappelle que toutes les grandes ONG, telle le Comité international de la Croix Rouge, , l’Association Médicale Internationale, se sont expressément opposées à l’alimentation forcée des grévistes de la faim, et ceci a également été déclaré "éthiquement inacceptable" par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) , qui a adopté la Déclaration de Malte (2006) à ce sujet.

Addameer souligne également que cette pratique est particulièrement dangereuse et qu’elle a entraîné la mort de plusieurs prisonniers palestiniens dans les années 1980 à la prison israélienne de Nafha et dans celle de Beersheba. Rasem Halawa, en est mort le 20 juillet 1980. Ali Ja’fari, 4 jours plus tard, et Ishaq Maragha, en 1983.

Pour rappel, plus de 200 Palestiniens sont morts dans les prisons israéliennes depuis 1967 ; assassinés délibérément, ou morts sous la torture pendant les interrogatoires ou encore d’absence de soins alors qu’ils étaient malades.



C’est dire à quel point Israël se préoccupe de la vie des prisonniers palestiniens, qu’elle détient en toute illégalité (transférés de Cisjordanie vers Israel, en violation de l’Article 76 de la 4ème convention de Genève) et auxquels elle se refuse à reconnaître le statut de prisonniers politiques.

Mais Israël a peur de constater que son image se dégrade chaque jour un peu plus aux yeux de l’opinion publique mondiale.

Après Khader Adnan, le sort de Muhammad Allan et Uday Isteiti, deux grévistes de la faim palestiniens qui ont dépassé les 6 semaines de grève de la faim afin de protester contre la détention administrative (pratique israélienne illégale qui consiste à mettre en cage des Palestiniens indéfiniment sans inculpation ni jugement) commence à être connu.

Muhammad Allan, un avocat de 31 ans, originaire de Naplouse, a été enfermé par l’occupation depuis le 6 novembre 2014 sans inculpation ni jugement et placé en détention administrative. Au total, il a subi 3 années dans les prisons de l’occupation. Pour le punir d’avoir refusé la nourriture, il a été placé en cellule d’isolement à la prison d’Ayala près de Tel Aviv.



Uday Isteiti est originaire du camp de réfugiés de Jenine. Il a été enfermé par l’occupation depuis le 17 novembre 2014 sans charge ni inculpation et placé en détention administrative à la prison israélienne de Ketziot (protégée par G4S) dans le Negev.

Pour le punir d’avoir refusé de la nourriture, il a été transféré à la prison d’Eshel et placé en isolement et cela fait plus de 2 mois qu’il n’a pas le droit de prendre un bain ni de changer de vêtements. Pour se venger, les geôliers israéliens lui ont également retiré son Coran durant le mois du Ramadan.


Allan et Isteiti ont tous deux commencé leurs grèves de la faim le 15 juin dernier.

Muhammed Allan souffre d’une perte de poids considérable, de constantes nausées incontrôlables, d’essoufflement et de migraines sévères. Uday Isteiti souffre de douleurs extrêmes au niveau des articulations et peut difficilement se déplacer mais la prison refuse de lui fournir un fauteuil roulant.
 Il souffre également de douleurs aux reins, et des tâches bleues ont commencés à apparaître sur son corps. Lorsqu’un corps est en carence de vitamines et de minéraux, les cellules n’ont pas l’énergie nécessaire pour accomplir des fonctions basiques et les systèmes de base commencent à faillir.

Devant la colère des prisonniers palestiniens les "forces spéciales" israéliennes sont intervenues sauvagement dans les prisons de Nafha et Ramon et ont fait 30 blessés, dont le secrétaire général du FPLP, Ahmad Sa’adat.

Aux premières heures du matin, le 30 juillet, plus d’un millier de ces milices fascistes des brigades de Dror et Metzada on envahi les cellules des prisonniers, en frappant sauvagement les détenus sans défense. Ils ont saccagé les chambres, détruit et volés les biens des détenus.


Et pendant ce temps, que font nos dirigeants nos dirigeants, qui prétendent lutter contre le terrorisme et défendre la "civilisation", à part baiser tous les jours les pieds de l’extrême droite israélienne au pouvoir ?

(Traduit par Fadoua pour CAPJPO-EuroPalestine)

Source Addameer et www.inminds.com

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8300