Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
5 août 2015

Un acolyte de Netanyahou intervient dans un commissariat de police parisien

Nous reproduisons ci-dessous un article du quotidien 20minutes, relatant les pressions exercées par le député Meyer Habib, l’un des principaux relais du gouvernement israélien en France, pour faire lever la garde à vue de deux « juifs » auteurs présumés d’une agression dans le 19ème arrondissement de Paris.



A noter que 20minutes, sans les nommer directement, fait également état de pressions exercées par « un ex-commandant de police » prétendant lutter contre l’antisémitisme, c’est-à-dire, selon toute vraisemblance, Sammy Ghozlan ou son successeur Sylvain Zenouda.

Voici maintenant l’article de 20minutes :

Coup de fil musclé entre le député Meyer Habib et un policier au commissariat du 19e

Par William Molinié (20minutes)

Un député français, élu de la République, peut-il appeler un commissariat de police et demander des informations sur une garde à vue en cours ? Objectivement, rien ne l’en empêche. Seulement, les policiers ne sont pas tenus de répondre à ses questions, le seul à qui ils doivent rendre des comptes étant le magistrat en charge de l’enquête.

Le 25 juillet dernier, le ton est monté entre un policier du commissariat du 19e arrondissement de Paris et Meyer Habib, député (UDI) de la 8e circonscription des Français de l’étranger. A tel point que l’incident a été relaté dans une main courante, un écrit policier destiné à garder une trace de faits qui n’ont pas forcément abouti sur une procédure.

Il était précisément 23h57 quand cet officier de police judiciaire (OPJ) reçoit un coup de téléphone sur son poste. A l’autre bout du fil, le député Meyer Habib. Ce dernier dit vouloir obtenir des informations concernant deux individus placés plus tôt en garde à vue dans les locaux du commissariat. Ces deux hommes, présentés comme appartenant à la communauté juive de l’arrondissement, avaient été interpellés dans la soirée après une bagarre dans le quartier faisant deux victimes, supposées de confession musulmane.

Le ton monte

L’élu, à la double nationalité franco-israélienne et proche de la communauté juive en France, justifie auprès de 20 Minutes son appel par un SMS reçu d’une connaissance de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) lui demandant de s’enquérir de la situation de ces deux hommes derrière les barreaux. « Je ne les connaissais pas. J’ai simplement téléphoné pour comprendre ce qu’il s’était passé et essayer de calmer la situation », explique aujourd’hui Meyer Habib. D’autant que, souligne-t-il, ce soir-là, commençait « le jeûne de Tisha Beav, une fête aussi importante pour les juifs qu’est le Ramadan pour les musulmans ».

La discussion aurait pu s’arrêter là. Seulement, le ton est monté entre l’élu et le policier qui, dans un premier temps, émet des doutes sur la qualité de député de son interlocuteur. L’OPJ se rappelle à juste titre d’une mésaventure d’un de ses collègues, quelques mois auparavant, pris au piège d’un « swatting », canular téléphonique, dirigé à l’encontre d’Enora Malagré. Des précautions qui agacent le parlementaire. Dans son rapport, le policier indique que le député « se montrait véhément ». Et poursuit : « Il arguait que ses fonctions l’autorisaient à avoir instantanément accès au dossier de deux individus de confession israélite ».
Le policier décrit comme « agressif »

De son côté, le député, membre de la commission des affaires étrangères à l’Assemblée nationale, décrit son interlocuteur comme « agressif ». « Il m’a “googueliser” et ça c’est calmé », poursuit-il. Le fonctionnaire relate une toute autre version des faits. « Il finissait par chercher à obtenir ma clémence en vue d’obtenir une levée de garde à vue immédiate des deux protagonistes car arguant selon lui qu’ils bénéficiaient de garanties de représentation et qu’ils ne pouvaient faire l’objet d’une telle mesure en cette période de jeûne de Tisha Beav », écrit-il.
« C’est faux, je n’ai jamais demandé à ce qu’on lève cette garde à vue. Qui suis-je pour demander ça ? Pas un juge… », dément catégoriquement le député. Ce dernier remet en cause les propos du policier : « Ce qui m’inquiète dans cette histoire, c’est la malveillance des gens. J’appelais simplement pour calmer une situation entre deux communautés. » Le policier, agacé par l’intrusion d’un député dans une enquête en cours, a-t-il inventé ces propos ? L’élu de la République a-t-il voulu faciliter une procédure concernant des membres de sa communauté ?

« Pressions indirectes »

Un proche du dossier remarque qu’il y a eu des « pressions indirectes ce soir-là ». Un syndicaliste policier est venu en personne demander des informations sur cette affaire, pourtant « simple procédure de droit commun ». Une demi-heure après l’incident avec le député Habib, c’est un ex-commandant de police assurant agir dans le cadre de la lutte contre les discriminations antisémites qui a appelé au commissariat.

« De quoi se mêlent-ils ? Ces façons de faire sont insupportables d’autant que tous savent que seul le magistrat doit être informé », s’agace un policier qui y voit « l’illustration des tensions qui peuvent exister dans un commissariat quand il s’agit de différends entre communautés ».
Sollicitée par 20 Minutes, la préfecture de police indique « ne pas souhaiter commenter une enquête en cours ». Quant au parquet de Paris, il n’était pas en mesure d’apporter dans l’immédiat des précisions à cette affaire.

http://www.20minutes.fr/societe/1662479-20150805-coup-fil-muscle-entre-depute-meyer-habib-policier-commissariat-19e

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8180