Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
15 août 2015

Muhammad Allan dans le coma à son 59ème jour de grève de la faim

Le silence de la "communauté internationale" va tuer cet avocat de 31 ans qui est actuellement dans le coma, après 59 jours de grève de la faim pour protester contre sa détention "administrative", sans inculpation, ni jugement, dans une prison de l’occupant israélien, où il est incarcéré en toute illégalité.


Muhammad, de la région de Naplouse, est désormais relié à un ventilateur dans la prison de Barzilai, alors qu’il a perdu connaissance, et perdu ses capacités pulmonaires, rapporte l’agence de presse palestinienne Ma’an.

L’administration pénitentiaire israélienne a verrouillé les prisonniers palestiniens, interdit les sorties dans la cour et les groupes de prière, face aux protestations de solidarité des prisonniers palestiniens.

Des escadrons armés sont déployés sur les toits de la prison de Ramon.

Attaché à son lit d’hôpital par des chaînes aux pieds et aux mains, il a reçu hier la visite de son avocat Jamal al-Khatib, et des parlementaires Osama al-Saadi et Ahmad Tibi.

Muhammad a écrit un testament de 4 pages et refuse l’alimentation forcée dont il est menacé par le gouvernement israélien, et qui est contraire à toutes les conventions internationales.

Nous devons exiger d’urgence sa libération !

  • COMMUNIQUÉ DES MÉDECINS DE L’ASSOCIATION PALMED EUROPE

L’alimentation forcée est une violation flagrante des droits des prisonniers palestiniens et une légitimation de leur assassinat.

PalMed suit, avec une profonde inquiétude, l’aggravation de l’état de santé des prisonniers palestiniens dans les geôles israéliennes, suite à l’accroissement des moyens de torture et à la négligence médicale délibérée dont ils sont victimes, visant à les humilier et à briser leur volonté. C’est d’ailleurs ce qui a poussé les prisonniers palestiniens à entamer une grève de la faim en vue d’attirer l’attention sur leur situation et l’ampleur de leur souffrance. La violation des droits des prisonniers palestiniens a atteint son apogée quand la Knesset israélienne a approuvé, le 30 juillet 2015, la loi autorisant l’alimentation forcée des grévistes de la faim.

Nous, PalMed, voyons dans cette décision une légitimation de l’assassinat des prisonniers palestiniens par les médecins israéliens qui continuent à être un outil entre les mains des geôliers. Nous considérons cette décision comme une violation flagrante et un défi à la déclaration de Malte de 1991, qui a assuré que l’alimentation forcée ne peut être acceptée moralement. Nourrir par la menace, la coercition, la force ou la contrainte est une forme d’inhumanité et de décadence médicale.

Cette décision est également incompatible avec la déclaration de Tokyo de 1975, qui a criminalisé l’alimentation sous la contrainte des prisonniers en grève de la faim l’a considéré comme une forme de torture et a interdit la participation de tout médecin à ce genre d’acte pour son opposition aux règles de l’Association Médicale Mondiale.

En plus de la dimension juridique et humaine de la loi, nous soulignons la dangerosité et les conséquences de cette pratique sur la santé des prisonniers car elle est très douloureuse et peut conduire à la mort comme cela a été le cas pour les martyrs du mouvement des captifs palestiniens : AbdElkader ABU AL-FAHM, Rassem HALAWA et Ali JAAFARI.

Par conséquent, nous, PalMed, appelons les institutions médicales internationales, les organisations internationales de défense des droits de l’homme et les Nations Unies, à leur tête l’Organisation Mondiale de la Santé, la Croix-Rouge internationale et Médecins Sans Frontières à condamner rapidement cette décision et à faire pression sur les forces d’occupation afin de l’annuler, d’améliorer les conditions de détention des prisonniers palestiniens et de permettre aux médecins faisant partie d’organisations médicales internationales de leur rendre visite et d’évaluer leur état de santé, en particulier, ceux d’entre eux qui sont en grève de la faim et dont certains sont en situation de danger extrême tel que le détenu Mohamad ALLAN.

Nous appelons, également, à l’instauration d’un boycott international et intégral, dans les salons et forums académiques, de tous les médecins israéliens dont l’implication dans la torture des prisonniers est prouvée et qui participent à la mise en œuvre de la décision de l’alimentation forcée, pratique rejetée mondialement.

PalMed Europe

  • Ecrivez à notre Ministère des Affaires étrangères, si prompt à défendre la démocratie dans le monde entier pour lui demander d’intervenir auprès de son allié et ami israélien pour la libération de Muhammad ALLAN :

Rappelez à Monsieur Laurent Fabius :

  • qu’il disait en 2010, avant d’être nommé ministre des Affaires Etrangères : « Nous romprons avec l’indulgence excessive du gouvernement français envers le pouvoir israélien à qui nous dirons qu’il devra quitter rapidement les territoires colonisés » (dans « Nouvelle donne internationale et européenne », rédigé avec Jean-Christophe Cambadélis en octobre 2010.)
  • qu’il a appelé au boycott de la Syrie mais qu’il a déroulé le tapis rouge au fasciste Liebermann qui a appelé à "couper les têtes des Palestiniens à la hache".

Pour envoyer des mails :

Pour écrire, téléphoner ou faxer :

Ministère des Affaires étrangères

37, Quai d’Orsay - 75351 Paris

Tél. (33) (0)1 43 17 53 53 - fax : 01 43 17 48 44

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 240