Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
20 septembre 2015

Propagande israélienne de faussaires : le cas de l’étudiante Mukarram de Gaza

Voyez comment Israël détourne des images pour faire croire que tout va bien à Gaza, qu’il n’y a pas de blocus et que les gens sortent comme ils veulent ! Témoignage de Mukarram AbuAluf.


"Le gouvernement israélien a utilisé mon image à des fins de propagande sans mon consentement, par Mukarra AbuAluf

Le 9 septembre, l’Agence Israélienne pour la Coordination des activités dans les territoires palestiniens (COGAT) a posté la photo ci-dessous dans le but de prouver que les étudiants palestiniens sont libres de quitter Gaza pour des opportunités à l’étranger.

Accompagnant ma photo, ils ont écrit : « COMME CHAQUE MOIS, 65 étudiants quittent Gaza pour étudier à l’étranger » , témoigne Mukarram AbuAlouf, qui publie la réponse suivante :

"Non seulement j’ai été choquée de découvrir qu’une photo de moi avait été utilisée sans mon consentement sur la publication facebook de la « Israeli Coordination of Government Activities in the Territories », mais j’ai été dégoûtée par le caractère mensonger de la déclaration qui l’accompagne.

Effectivement, je suis sortie de la bande de Gaza par le checkpoint d’Erez le 29 décembre 2014, c’est-à-dire il y a huit mois. Le sourire que j’ai sur mon visage est un instant de soulagement après un intense calvaire et une angoisse difficile à imaginer après ce que je venais de subir.

Ce checkpoint étant rempli de soldats israéliens avec leurs armements sophistiqués, sachant pertinemment qu’ils contrôlent nos vies, je craignais à tout moment qu’ils me tirent une balle, et que je devienne une de ces innombrables victimes palestiniennes, tuées par Israël et oubliés par le monde extérieur.

Surtout dans la mesure où j’avais déjà vécu les trois attaques israéliennes de 2008 à 2014 sur la bande de Gaza qui ont eu un impact direct sur moi et ma famille. Trop effrayée pour me concentrer, j’ai même perdu mon portefeuille qui contenait mon I-20 et sans le I-20 qui accompagne le visa de sortie, je ne pouvais pas voyager à l’étranger pour aller à l’Université.

J’ai d’ailleurs été bloquée à Amman, en Jordanie, pendant deux semaines. Cela a provoqué d’autres complications et obstacles pour moi. J’ai perdu énormément de choses aux checkpoint en raison du stress intense éprouvé face à ces soldats armés ayant tué nombre de mes proches.

Le jour où j’ai quitté Gaza par Erez, j’avais prévu de passer quelques jours à Ramallah avec mon oncle et sa famille, mais je n’y ai pas été autorisée. Nous avons pris un bus qui nous a conduit directement à Amman et une voiture de police du gouvernement israélien nous suivait tout au long du séjour jusqu’à ce que nous arrivions à la frontière jordanienne.

Mais je ne me plains pas car je suis une des rares boursières de Gaza à avoir pu en sortir pour aller poursuivre des études à l’étranger. La plupart des opportunités obtenues par d’autres jeunes palestiniens sont annulées par Israël.

Cette photo me met donc en rage, mais que devrais-je attendre de la part d’une occupation qui a évolué vers un état fondé sur la manipulation, l’agression, les mensonges et la destruction de la vie des autres ?

Nous emprisonner et nous tuer face au monde entier qui regarde, nous y sommes habitués. Mais cette instrumentalisation d’une photo pour essayer de blanchir l’image d’Israël m’est apparue comme une insulte encore plus insupportable."

(Traduit par Fadoua pour CAPJPO-EuroPalestine)

Source : http://mondoweiss.net/2015/09/israeli-propaganda-purposes?utm_source=Mondoweiss+List&utm_campaign=f2918fce93-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_b86bace129-f2918fce93-398519573

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 7870