Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
3 octobre 2015

Les "dommages collatéraux" des bombardements sur l’Afghanistan et le Yemen

Après un mariage bombardé au Yemen par la coalition US-Arabie saoudite, faisant 131 victimes civiles le 28 septembre, c’est un hôpital de MSF qui vient d’être bombardé en Afghanistan par l’OTAN. "Bavures" ? Oui, nos gouvernements sont de grosses bavures permanentes et leurs attaques sur des pays souverains détruisent et appauvrissent les pays où ils "interviennent" en perpétrant régulièrement des crimes de guerre.



L’Hôpital de Kunduz, bombardé par l’OTAN dans la nuit de vendredi à samedi.

Plus de 37 personnes, dont 19 employés de MSF, ont été grièvement blessées. « De nombreux patients et membres du personnel manquent toujours à l’appel », a indiqué MSF.

Au moment du bombardement, 105 patients et 80 membres du personnel, des Afghans et des étrangers, étaient présents dans ce centre de soins, situé à proximité du centre-ville de Kunduz.

L’ONG affirme que « les bombardements se sont poursuivis pendant plus d’une demi-heure » après qu’elle a averti les armées afghane et américaine que son établissement avait été touché par une première frappe. MSF assure avoir transmis préventivement les coordonnées géographiques de son hôpital à « toutes les parties » du conflit, et « notamment à Kaboul et Washington ».

Alors ?

De quel droit et pour quels résultats ?

  • AU YEMEN, 30 MORTS PAR JOUR DEPUIS 6 MOIS :



Photo : Getty Images / BBC

La coalition US-Arabie Saoudite a tué 131 civils, dont plus de 80 femmes lors d’un mariage, la semaine dernière au Yemen.

Et selon l’association "Médecins sans Frontières" il n’y avait aucune présence militaire à proximité de cette cérémonie.

Mais cela fait 6 mois, depuis le 26 mars dernier très exactement que l’Arabie saoudite, appuyée par les Etats-Unis massacre au Yemen dans le silence médiatique le plus total.
Plus de 4500 tués et plus de 23.000 blessés, dans ce pays le plus pauvre du Moyen-Orient, attaqué par les plus riches de la planète, selon l’ONU, sans compter les destructions.

Et ce n’est pas la première fois qu’un mariage est bombardé, rappelle le site Mondoweiss, car en décembre 2013, un drone américain avait largués des missiles sur un convoi de mariage, tuant une douzaine de personnes.

Sans compter les bombes à fragmentation, censées être illégales, larguées en permanence par les deux alliés sur de multiples régions et frappant aussi bien des entrepôts de l’association humanitaire Oxfam.

Source : http://mondoweiss.net/2015/09/coalition-killing-civilians?utm_source=Mondoweiss+List&utm_campaign=194ce0ca76-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_b86bace129-194ce0ca76-398519573#sthash.xlpQ3t98.dpuf

Le site Investig’Action commente :

"Avions larguant des bombes sur des civils yéménites, population exsangue, assiégée et affamée, enfants déchiquetés, routes, ponts, écoles, hôpitaux, zones résidentielles, cimetières, aéroports détruits, patrimoine archéologique dévasté.Depuis le 25 mars dernier, le Yémen est agressé et envahi par l’Arabie saoudite, ce pays ami qui nous livre du pétrole et qui achète nos armes. D’après l’ONU, en moins de 200 jours de guerre, le régime wahhabite a tué près de 5.000 fois au Yémen dont près de 500 enfants.

Sans compter l’imposition d’un blocus terrestre, maritime et aérien qui selon Médecins Sans Frontières (MSF) tue autant les civils que la guerre. 20 millions de Yéménites risquent en effet de mourir de faim et de soif à cause de la guerre et de l’embargo saoudiens.

Nous avons laissé notre ami le Roi Salmane fabriquer une guerre sunnite/chiite au Yémen alors que la plupart des musulmans du Yémen prient ensemble dans des mosquées dépourvues d’étiquette confessionnelle. Nous avons diabolisé et interdit le mouvement rebelle Ansarullah en le qualifiant de "chiite" ou de "houthi" pour faire plaisir à notre ami le Roi Salmane alors qu’Ansarullah est une coalition patriotique qui compte de nombreuses personnalités sunnites comme le mufti Saad Ibn Aqeel ou des formations non religieuses comme le parti Baath arabe socialiste du Yémen. Nous avons exclu Ansarullah des pourparlers de paix alors que le mouvement rebelle négociait avec ses adversaires politiques y compris avec Abderrabo Mansour al Hadi, agent saoudien qui était alors assigné à résidence.
Nous avons laissé le Yémen redevenir l’arrière-cour du Roi Salmane alors que cette nation rêvait d’indépendance. Nous avons détourné le regard quand les hommes de main du Roi Salmane (Al Qaeda et Daech) ont brûlé l’église Saint-Joseph à Aden et bombardé la mosquée chiite d’Al Moayyad à Jarraf. Nous n’avons pas versé une seule larme pour les enfants du Yémen brûlés vifs par les bombardiers de notre ami le Roi Salmane.

Durant les années 60 et 70, le Vietnam connut à peu près le même scénario que le Yémen aujourd’hui....Aujourd’hui, le mouvement international pour la paix refuse non seulement de défendre le droit du peuple yéménite à la résistance entre autres sous prétexte qu’il est soutenu par l’Iran et la Syrie, mais en plus, il ne défend même plus ce qui constitue sa raison d’être, à savoir la paix.

Il n’y a pas si longtemps, en 1991 et en 2003, les USA ont utilisé le sol saoudien pour mener leur guerre contre l’Irak.A l’époque, nous étions des millions à crier "Pas de sang pour du pétrole" (No Blood for Oil). Aujourd’hui, ni l’Empire US, ni l’Arabie saoudite, ni les motifs de la guerre n’ont changé. Qui plus est, le sang continue de couler pour du pétrole."

Source : Investig’Action

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8040