Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
19 octobre 2015

Le fascisme israélien en action (Vidéos)

Au cours de l’attentat commis dimanche par un Palestinien à la gare routière de Bersheva (un soldat tué, 11 blessés dont 4 autres soldats), un demandeur d’asile érythréen, qui essayait d’échapper à la fusillade générale, a été sauvagement abattu par un garde, avant qu’une foule déchaînée ne le lynche.

L’homme, Habtom Zarhoum, qui s’était déplacé à Bersheva pour retirer un renouvellement d’autorisation temporaire de séjour, est mort de ses blessures lundi matin à l’hôpital.

La vidéo ci-dessous contredit de manière flagrante le récit du garde assassin, qui a raconté avoir agi en état de légitime défense, croyant avoir affaire à un terroriste fonçant sur lui.

Sur les images, on voit pourtant Zarhoum marcher à quatre pattes, sans rien dans les mains, quand soudain le garde arrive en courant et lui tire dessus.

Mais il y a pire, si l’on ose dire : c’est l’attitude de la foule enragée : alors que l’homme git dans une mare de sang, ne présentant de menace pour personne, on assiste à un déchaînement de violences : aux cris de « Terroriste », « Mort aux Arabes », « Fils de p… » « Brisez lui la tête », des civils, mais aussi des soldats et des policiers, lui donnent des coups de pied au visage, tandis que l’un des émeutiers renverse un lourd banc sur son corps. Une partie des civils essaie cependant de s’opposer au lynchage de l’homme noir.

Cet acte de sauvagerie s’inscrit dans la droite ligne du permis de tuer donné par le gouvernement à ses forces de l’ordre, mais aussi à la population civile juive, depuis le début de la vague d’attentats au couteau commis par de jeunes Palestiniens désespérés.
La quasi-totalité des auteurs de ces attentats ont ainsi été fusillés sommairement, sur le champ, y compris dans les nombreux cas où ils étaient hors d’état de nuire à quiconque, et certainement pas à des hommes armés, soit qu’ils aient été blessés ou au minimum désarmés.

Mais cela concerne parallèlement une série de jeunes Palestiniens (Fadi Alloun à Jérusalem, Hadil al Hashlamoun à Hébron notamment) dont aucun élément matériel n’indique qu’ils avaient commis ou avaient l’intention de commettre un attentat lorsqu’ils ont été abattus.

Sachant qu’ils n’ont de toutes façons strictement rien à perdre face à un ennemi engagé dans un génocide, il ne serait pas étonnant qu’un certain nombre de jeunes Palestiniens cherchent maintenant à se doter d’armes un peu plus efficaces que leurs pauvres couteaux pour affronter leur oppresseur.

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 7880