Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
17 novembre 2015

Mandats d’arrêt lancés en Espagne contre Netanyahou et 6 de ses ministres

Quelques journaux commencent seulement à en parler maintenant. Pas en France, rassurez-vous, mais en Grande Bretagne, et bien entendu en Espagne, puisque c’est un juge espagnol de la Cour Suprême qui a lancé ces mandats d’arrêt contre les 7 criminels de guerre.


Comme nous l’écrivions précédemment (http://www.europalestine.com/spip.php?article11218) Netanyahou, Ehud Barak, Avigdor Liberman, Moshe Ya’alon, Eli Yishai, Benny Begin et Eliezer Marom, font l’objet de mandats d’arrêt pour leur responsabilité de l’attaque du bateau turc Mavi Marmara dans les eaux internationales en mai 2010.

Attaque qui avait fait 9 morts et 38 blessés parmi les passagers humanitaires de ce bateau qui transportait notamment des médicaments pour la population de Gaza assiégée.

Le 31 mai 2010, six ONG avaient constitué une flottille composée de 750 personnes venues de 37 pays afin de briser le blocus de Gaza et d’y acheminer de l’aide humanitaire. Les troupes israéliennes avaient alors arraisonné le Mavi Marmara, navire amiral de cette flotille, par hélicoptère et par navires et ouvert le feu sur ses passagers.


La justice espagnole est habilitée à émettre ces mandats d’arrêt, car trois de ses ressortissants, David Segrarra Soler, Manuel Espinar Tapial et Laura Arau Crusellas se trouvaient à bord du bateau le jour de l’assaut et qu’ils ont porté plainte devant la justice ibérique pour crime contre l’humanité et détention illégale.

L’objectif de ces mandats d’arrêt espagnols est de permettre au juge espagnol José de la Mata d’être informé dès que le Premier ministre israélien mettra le pied sur le territoire espagnol. Ces sept personnalités israéliennes figureront désormais dans le fichier automatisé des Forces de sécurité de l’Etat. A côté de leur nom, lieu et date de naissance, une note apparaît avec l’obligation de signaler leur présence sur le territoire aux autorités espagnoles.

Selon le ministère israélien des Affaires étrangères, le Premier ministre israélien et Moshe Ya’alon, actuel ministre de la Défense, seraient protégés par l’immunité diplomatique. Le cas des autres ministres fait l’objet d’intenses tractations entre l’Espagne et la diplomatie israélienne....

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8380