Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
19 novembre 2015

On ne danse pas avec l’apartheid ! Lettres au directeur de l’Opéra de Paris

Nous publions ci-dessous un aperçu (très restreint !) du courrier adressé par des lecteurs au directeur de l’Opéra de Paris, à propos de la programmation, du 5 au 9 janvier prochain, d’une troupe de danse israélienne, présentée par le gouvernement israélien comme "meilleur ambassadeur d’Israël à l’étranger". Si Monsieur Lissner a la courtoisie de répondre à vos lettres, nous ne manquerons pas de publier ses arguments.


  • Monsieur le Directeur,

Nous apprenons que l’Opéra de Paris a invité la troupe de danse israélienne Batsheva à se produire à l’Opéra Garnier début janvier 2016, malgré le fait que dans tous les pays où elle est passée, cette troupe a été dénoncée comme un instrument de propagande destiné à masquer l’apartheid israélien et à blanchir les crimes de l’occupation. Cette troupe a même été ouvertement financée par le gouvernement israélien dans ce but.

Nous vous demandons d’annuler les représentations des ballets Batsheva à l’Opéra Garnier, du 5 au 9 janvier prochains. L’opéra de Paris se déconsidèrerait gravement en collaborant avec les représentants de l’occupation et le la colonisation israélienne.

Dans l’espoir que les considérations humanistes et relevant des droits de l’homme seront entendues, recevez, Monsieur le Directeur, mes salutations les plus sincères".

Isabelle Bloch.

Professeure émérite - Université de Bordeaux, Fille et petite-fille de résistants juifs, Représentante de l’UJFP à Pau

  • Bonjour,

Replacez-vous dans le contexte de l’occupation allemande en France, l’accepteriez-vous ? Bien sûr que non.

Une occupation est toujours une humiliation et il n’est pas normal que l’occupation israélienne soit acceptée par des êtres humains d’autant plus que c’est par la culture que la domination est la plus insidieuse.

Alors, de grâce ne vous faîtes pas le complice de la tragédie palestinienne, ne vous faites pas le complice d’assassinats d’enfants.

Nous savons que les pressions sont fortes mais soyez toujours du côté de la justice, en donnant un avis défavorable à cette programmation.

Mme Moumene

Directeur de MJC à la retraite

  • Monsieur le Directeur,

Inviter Batsheva à se produire, c’est servir les intérêts de ce régime, comme l’a clairement énoncé Nissim Ben-Sheetrit, directeur de cabinet de ce ministère : « Nous appréhendons la culture comme un outil de propagande de premier choix, et je ne fais aucune différence entre propagande et culture ».

Cette troupe depuis sa création en 1964, n’a accepté aucun danseur arabe et cela constitue indéniablement dans le contexte géographique une décision ségrégationniste et politique. Par ailleurs cette troupe n’a jamais argumenté une scission entre art et politique, et ses précédents spectacles sont là pour en témoigner.

Si vous, Monsieur le Directeur, ne souhaitez pas être instrumentalisé par des intérêts politiques aussi abjects que ceux qui guident aujourd’hui l’occupation et la colonisation de la Palestine, si vous ne souhaitez pas collaborer avec cette propagande visant à blanchir Israël de ses crimes d’apartheid, n’acceptez pas la représentation de Batsheva dans votre théâtre.

Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, à l’assurance de mes salutations distinguées.

Mme Oudrer

  • Monsieur le Directeur,

En tant que citoyen suisse, amateur d’art sous toutes ses formes et grand admirateur du prestigieux établissement que vous dirigez, je me permets de vous soumettre une requête.

Au nom de l’égalité des droits, de la dénonciation des crimes commis par Israël sur le Peuple Palestinien et de la lutte contre l’apartheid et le racisme, je vous appelle à annuler les représentations du ballet Batsheva du 5 au 9 janvier prochains.

Il est tentant de penser qu’il ne faut pas mélanger culture et politique. Cependant, la troupe Batsheva est clairement employée par le gouvernement israélien à des fins de blanchiment des exactions quotidiennes commises par ce dernier à l’encontre des Palestiniens. A titre d’exemple, il n’y a qu’à se pencher sur le cas de la jeune danseuse Lina Khattab, emprisonnée par Israël à l’âge de 17 ans.

Les dirigeants israéliens, conscients de l’effondrement de leur image dans l’opinion publique internationale, ont ainsi alloué des fonds considérables à une campagne internationale, intitulée « Brand Israel » (littéralement, « promouvoir la Marque Israël »).

Par ailleurs, vous trouverez sur le site http://www.boycottisrael.info la position des opposants israéliens en la matière.

Vous remerciant par avance de votre attention, je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, à ma très haute considération.

Joe-Alexy Yagchi

  • Monsieur Stéphane LISSNER

Directeur de l’Opéra de Paris

120, rue de Lyon, 75012 PARIS

Monsieur,

Je viens d’apprendre que vous avez invité le ballet israélien Batsheva à se produire à l’Opéra Garnier, du 5 au 9 janvier prochains. Il se trouve que j’ai personnellement un penchant affectif envers les Opéras de Paris, ayant fréquenté les coulisses de la salle Favart dans ma jeune enfance, dans les années ’50 et jusqu’au milieu des années ’60, où mon parrain, M. Gabriel Julia, y était chanteur. Homme d’une grande humanité, je doute fort qu’il aurait apprécié l’invitation que vous faites à une troupe financée pour promouvoir l’occupation, la colonisation israélienne et les crimes qui se commettent à l’encontre de la population palestinienne.

Je perçois votre invitation comme un affront personnel, à sa mémoire et à l’encontre des Droits Humains.

Je vous serais reconnaissant d’annuler cette invitation qui serait considérée comme une approbation de la politique, qu’on le dise ou le cache sous l’assertion de ne pas mélanger la Culture (le sport, etc.…) avec, menée par cet État.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

Roland Melo

Contrôleur aérien à la retraite

À : slissner operadeparis.fr

Objet : invitation de Batsheva

Monsieur le Directeur,

Vous avez été alerté par différentes personnes et associations, en France et en Israël, sur le caractère politique, et pas seulement artistique, de la compagnie israélienne de danse Batsheva que vous avez invitée à l’Opéra en janvier prochain.

Ce caractère politique, c’est celui d’une opération de blanchiment de l’apartheid qui s’est désormais installé en Israël et en Cisjordanie occupée.

Vous ne pouvez pas être complice de cette visée, qui torture la conscience des valeurs humaines.

Aussi je vous demande, à mon tour, de revenir sur cette invitation de la troupe Batsheva.

Avec toute ma considération respectueuse.

Jean-François Hamon

  • Monsieur le directeur de l’Opéra de Paris,

Votre prestigieuse salle doit accueillir prochainement la troupe israélienne de danse ce qui , à priori, ne devrait soulever aucune opposition.. sauf que cette troupe représente un gouvernement qui pratique une politique d’apartheid vis à vis de la population palestinienne : détentions sécuritaires (sans motif et sans possibilités de défense), emprisonnements arbitraires y compris d’enfants,humiliations, violences avec armes, tanks, tortures, destructions de maisons, déni de tous les droits y compris de l’accès aux lieux saints, blocus des produits de 1ère nécessité, enfermement par un mur..

Le soutien par l’Opéra de Paris à cette troupe témoigne soit d’une ignorance de faits rapportés par de nombreuses et prestigieuses organisations, soit d’un choix délibéré de tolérer l’injustice et l’écrasement d’un groupe humain qui s’apparente à un génocide lent.

Nous vous demandons, Monsieur le Directeur, d’annuler ces représentations et de ne pas offrir votre salle comme tribune à cette"démocratie"qui ne reconnait comme seuls citoyens ceux qui revendiquent leur appartenance à une religion et qui rejette tous les autres.

Croyez, monsieur le Directeur à l’expression de nos respectueuses salutations

Sylvie Deplus Ponsin

Présidente de l’association "LES AMIS D AL ROWWAD »

  • À : slissner operadeparis.fr

Monsieur le Directeur de l’Opéra,

C’est en notre nom à tous, citoyens contribuables ou non, que vous vous apprêtez à accueillir la troupe israélienne de danse Batsheva.

Tant que l’état d’Israël conduit sa politique raciste et colonialiste d’occupation des territoires palestiniens, il devrait être hors de question que des liens culturels se nouent entre les institutions de la France, pays des droits de l’homme, et cet état religieux qui ne respecte pas les résolutions de l’ONU.

Comme nous l’avons fait contre l’état raciste de l’apartheid en Afrique du Sud pendant de nombreuses années, ce qui a contribué à rétablir la démocratie et la liberté dans ce pays, il est important de boycotter les pays qui se mettent hors la loi en ne respectant pas les droits de l’homme.

Militant de l’éducation populaire, j’en appelle à votre sens des responsabilités pour que annuliez ces représentations, je vous prie de recevoir mes sincères et citoyennes salutations.

Michel PROST

  • A l’ Attention de Monsieur Lissner,

Cher Monsieur,

Nous apprenons que l’Opéra Garnier, dont vous êtes le directeur, a invité à se produire sur son illustre scène, début 2016, la troupe de danse israélienne Batsheva.

En tant que citoyens informés, nous savons que dans le même temps les artistes palestiniens n’ont pas la possibilité, eux, de faire partager et apprécier leur art à l’étranger. Le grand public est amplement informé que, enfermés, confinés dans l’étau de frontières imposées, ils sont soumis aux exactions de l’Etat d’Israël qui nie leur existence et les empêche de se constituer en Etat.

Nous aimons l’art, la culture, la danse. Nous sommes des citoyens ouverts sur le monde, fraternels, amis des peuples qui en font la richesse et notre devoir humain -celui que nous apprenons à nos enfants - est de nous insurger face à l’injustice.

La culture ne peut servir d’alibi, elle ne peut être le voile gracieux qui vient masquer la brutalité d’une politique, un écran de fumée, le faire-valoir d’un Etat qui depuis des décennies s’affranchit du Droit international et de toute règle d’éthique. La vitrine destinée à détourner le regard de ses méfaits. Le blanchiment de l’apartheid en quelque sorte, comme on blanchit l’argent sale.

Nous attendons de vous, Monsieur, un geste fort en ne permettant pas à cette troupe, Bathsheva, de se produire sur une scène prestigieuse de notre capitale – nous avons après tout un droit de regard sur ce qui s’y passe.

Honorez-vous, Monsieur, en ne cautionnant pas une politique meurtrière dont nous n’ avons aucune raison de penser que vous ne la dénoncez pas.

Dans l’espoir que notre appel sera entendu, je vous prie d’agréer, cher Monsieur, mes salutations les meilleures.

Acacia CONDES

  • Monsieur le Directeur de l’Opéra de Paris

J’apprends avec stupéfaction que dans ce temple de beauté qu’est l’Opéra de Paris, vous avez invité la compagnie israélienne de danse Batsheva pour s’y produire en janvier prochain.

Ambassadrice d’un gouvernement qui foule aux pieds toutes les conventions internationales et maintient un apartheid féroce contre la population palestinienne sa venue déshonorerait votre maison qui est aussi la nôtre.

Je vous prie donc de revenir sur votre décision.

Avec mes sincères salutations.

Paula Albouze

  • Monsieur,

Dans un souci de ne pas degrader l’image de l’Opéra de Paris en l’associant à la sanglante et barbare colonisation de la Palestine, il est de l’intérêt de cette prestigieuse institution de ne pas accueillir la troupe israélienne.

L’oppression des Palestiniens doit cesser, n’en soyez pas complice.

Cordialement,

Basma B.

  • Monsieur le Directeur,

Je me sens en devoir de vous exprimer mon indignation à la réception à l’Opéra de la compagnie israélienne de danse quand on sait que ces spectacles sont déclarés par le gouvernement israélien comme un outil de propagande afin de combattre l’image d’un Israël répressif et violent.

J’espère que votre conscience des conditions actuelles faites à la population palestinienne vous conduira à annuler cette programmation.

Bien respectueusement,

Michel PERCOT

  • Monsieur le Directeur,

En tant que citoyen soucieux de justice, je vous assure qu’une coopération avec Batsheva ne peut se faire qu’aux dépens de millions d’êtres humains, de Palestiniens confrontés à l’expropriation, la détention, la torture et les massacres, comme nous avons pu en juger à l’été 2014 à Gaza, et comme cela se poursuit depuis des décennies.

Je vous demande donc d’annuler cette invitation aux graves conséquences humanitaires.
Je souligne que la campagne BDS concerne toute coopération institutionnelle avec le gouvernement israélien, tandis qu’elle ne s’adresse pas aux artistes israéliens individuels, qui n’entretiennent pas de liens avec le gouvernement israélien et qui ne se rendent pas complices de ses crimes.

A votre disposition pour toute précision ou question.

Sincèrement,

Michel Peyrache, militant AFPS et BDS Saint Etienne

  • Bonjour

Nous serons très heureux de recevoir vos talentueux artistes, de quelque discipline que ce soit lorsque :

  • le massacre d’enfants , leur emprisonnement, leur empêchement à vivre..
  • les murs de tous côtés, les bus interdits aux palestiniens, les check-point tous les 50 m....
  • la présence armée - partout - les exactions qu’elle commet - sur ordre - beaucoup de soldats(e) ne sont pas d’accord vous le savez (breaking the silence)
  • l’absence de considération pour les palestiniens qui sont aussi sémites qu’il est possible
    etc....

SERONT TERMINES, ABOLIS

Bien à vous,

Helene Timoleontho

  • Monsieur le Directeur,

L’Opéra de Paris, pour tout ce qu’il représente en France comme dans le monde, ne peut pas se compromettre avec les représentants d’un pays colonisateur, raciste et pratiquant l’apartheid.

Nous vous demandons de prendre une mesure forte, digne et courageuse : faire savoir à ces communicants (le gouvernement d’extrême-droite israélien) que la France n’accueillera pas à l’Opéra de Paris ses marionnettes illusionnistes.

La fin de la colonisation illégale de la Palestine par Israël coïncidera avec la possibilité de nouvelles relations, normalisées, avec l’actuel occupant israélien une fois qu’il respectera les Droits humains et les lois internationales. Avant cela, pas de concessions. Pas de lâchetés. Pas de collaboration sous prétexte de culture. Surtout sous prétexte de culture !

Nous vous soutiendrons de toutes nos forces dès l’annonce de votre décision de ne pas collaborer avec l’occupant israélien. Ne dansons pas avec l’apartheid, Monsieur le Directeur.

Je vous d’agréer l’expression de mes salutations très respectueuses.

André Querré

  • Stéphane Lissner, Directeur de l’Opéra de Paris

Monsieur,

Bien que la culture soit l’expression artistique du comportement d’une société, vous êtes bien placé pour le savoir, elle ne doit être un instrument de propagande destiné à masquer l’apartheid et à blanchir les crimes de l’occupation sioniste en Palestine Occupée. Dans le cas des danses « Batsheva », il est clair qu’elles rentrent dans le cadre de la politique du régime sioniste qui utilise la culture pour essayer de redresser son image de criminel envers la population native palestinienne. Nous ne pouvons prendre sur nous une telle honte ! C’est pourquoi nous vous demandons d’annuler ces représentations, car cela nuirait à l’image de l’opéra qui s’appellerait ‘collaborateur’ !

Veuillez agréer mes salutations distinguées,

Hadassah BORREMAN

YECHOUROUN – JUDAISME CONTRE SIONISME


  • VOUS AUSSI, DEMANDEZ À MONSIEUR LISSNER DE NE PAS DANSER AVEC L’APARTHEID : slissner operadeparis.fr

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1170