Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
1er décembre 2015

Malades à Gaza : Israël pousse le sadisme toujours plus loin. Boycott Israël !

Le gouvernement israélien vient d’annoncer des restrictions supplémentaires concernant les malades qui ont besoin de se faire soigner à l’extérieur de la bande de Gaza, en raison du blocus qui les prive de traitements essentiels sur place.









Checkpoint d’Erez entre Gaza et Israel

Un nouvel obstacle vient d’être annoncé par l’occupant : pour pouvoir obtenir une autorisation de sortie de Gaza pour se faire soigner, il faudra désormais être accompagné d’une personne ayant au minimum 55 ans.

Jusqu’à présent, la personne accompagnant tout patient(e) palestinien(ne) devait avoir au moins 35 ans. La nouvelle mesure signifie que les parents des enfants malades ne pourront plus les accompagner, et pas davantage leurs grands parents dans certains cas !

Quel est l’intérêt de tels châtiments collectifs ?

Israël a déjà restreint la liste des maladies qui pouvaient justifier un permis de sortie par Israël pour aller se faire soigner. Ainsi les maladies des reins et celles des yeux, de même que les pathologies neurologiques et orthopédiques sont maintenant trés souvent écartées.

L’association humanitaire israélienne "Médecins pour les Droits de l’Homme", atteste que 50 % des Palestiniens souffrant de ces maladies et ayant demandé une autorisation de sortie se la sont vu refuser depuis août dernier.

Par ailleurs, les malades, qui sont obligés de passer par le checkpoint de Erez, entre la bande de Gaza et Israël, y subissent des interrogatoires éprouvants.

Et ceux qui parviennent à bénéficier de traitements de longue durée, dans d’autres pays étrangers, se voient de plus en plus souvent refuser le droit de rentrer chez eux dans la bande de Gaza.

Quand on connait le niveau de qualité de la médecine et des médecins à Gaza, qui pourraient soigner sur place ces malades, si le blocus ne les privait pas des médicaments et appareils indispensables à cet effet, on est particulièrement choqués.



Il est clair que dans ces conditions, nous ne risquons pas de nous soigner avec les médicaments de la firme TEVA, qui reverse une partie significative de ses bénéfices à cet Etat criminel et à son armée.

Accepter de se soigner avec les médicament d’un pays qui empêche les Palestiniens de se soigner serait totalement immoral.

Heureusement, nous avons le choix : il y a bien d’autres médicaments équivalents disponibles en France !

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 7870