Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
2 décembre 2015

L’occupation met la Palestine à feu et à sang

Plusieurs adolescents palestiniens ont été assassinés par l’armée israélienne ce week-end et 13 Jérusalemites gravement blessés ce mercredi dans le camp de réfugiés palestiniens de Shufat à Jérusalem Est. Pas besoin d’attaque au couteau, même simulée : il suffit de multiplier les raids de jour et de nuit à l’intérieur des camps de réfugiés, des centres hospitaliers, et de démolir les maisons des familles de "suspects", pour s’assurer que des "affrontements" vont avoir lieu, permettant de donner libre cours à la violence de l’occupant.


Peut-on imaginer : 1200 soldats israéliens envoyés ce mercredi dans le camp de réfugiés de Shufat à Jérusalem Est pour démolir la maison de la famille d’Ibrahim al-Akkari qui avait commis un attentat l’an dernier à Jérusalem ?

Toutes les issues bouclées dans le quartier, et 13 Palestiniens blessés par balles et hospitalisés lors des affrontements qui s’en sont suivis, ainsi que des dizaines d’autres souffrant d’intoxication par les gaz lacrymogènes, selon le Croissant Rouge Palestinien.

Et depuis ce week-end l’armée d’occupation a tué 3 adolescents lors de différents raids.

Ayman Sameeh al-‘Abbassi, 17 ans, a reçu une balle en pleine poitrine lors d’une équipée militaire à Silwan (Jérusalem Est).

Les escadrons de la mort ont également envahi le centre médical de Ein al-Louza, pris en otage tout le personnel médical, commencé à contrôler les cartes d’identité des malades hospitalisés, avec comme objectif de kidnapper le corps de leur jeune victimes.
Mais ils ont rencontré la résistance des habitants du quartier qui ont réussi à rapporter le corps du jeune Ayman assassiné à sa famille.

Les troupes d’occupation ont alors envahi l’immeuble résidentiel de la famille de l’adolescent tué, à fouiller divers appartements.

Malgré cela, les funérailles de Ayman al-Abbassi se sont déroulées à minuit et des centaines de Palestiniens y ont pris part, marchant, avec des drapeaux palestiniens, de son domicile jusqu’au au cimetière de Sweih, en scandant des slogans pour la libération de la Palestine et celle des prisonniers politiques détenus dans les geôles israéliennes.

Tous les commerces du voisinage ont fermé leurs stores lundi en signe de deuil.

L’armée a démoli plusieurs maisons palestiniennes dans Jérusalem Est.

Elle a également encerclé les hôpitaux de al-Makassed et de Augusta Victoria, rapporte l’agence de presse Ma’an News.

Recherchant des manifestants blessés, les soldats ont jeté des bombes lacrymogènes à l’intérieur du service de pédiatrie et de celui de soins intensifs de l’hôpital Makassed, rapporte
le directeur de l’hôpital, le Dr. Rafiq al-Husseini qui dénonce les menaces constantes contre les médecins qui refusent de donner à l’armée les noms des patients qu’ils soignent.

D’autres affrontements ont également eu lieu à Hébron mardi soir, avec de nombreux blessés.

A Tulkarem, l’armée tuait une jeune fille de 19 ans à un checkpoint, en prétendant qu’elle avait tenté de les attaquer. Et le même jour un garçon de 16 ans était assassiné dans la colonie illégale de Gush Etzion. Il aurait tenté d’attaquer un colon...



Et à Gaza, où la jeunesse affiche toujours sa colère, c’est une vieille femme qui vient d’être grièvement blessée d’une balle dans le cou ce mercredi près du camp de réfugiés de al-Bureij.

Parmi la centaine de Palestiniens tués depuis le 1er octobre dernier, plus du quart sont des enfants. Et on peut en dire autant des blessés palestiniens dont le nombre dépasse les 10 300 pour la même période.






(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : Ma’an news

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 7880