Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
18 décembre 2015

L’Autorité Palestinienne coupe les vivres à plus de 60 anciens prisonniers politiques

Cédant aux pressions du gouvernement israélien qui l’accuse d’encourager le terrorisme en versant des pensions aux anciens détenus, l’Autorité Palestinienne (AP) vient d’annoncer qu’elle cessait de verser leurs pensions mensuelles à plus de 60 Palestiniens de Cisjordanie ayant séjourné dans les geôles de l’occupant, rapporte l’agence Ma’an.



Un porte-parole de l’Association des Prisonniers Palestiniens (PPS), a déclaré que l’AP fondait cette décision à la fois sur les affiliations politiques des prisonniers, certains ne reconnaissant pas sa légitimité, et sur la remise en cause du critère de maladies liées aux emprisonnements.

Un bon nombre de Palestiniens ont contracté des maladies pendant leur emprisonnement en Israël, mais il ne leur est pas toujours facile d’apporter la preuve que ces affections sont liées à leur enfermement et leurs conditions de détention.

L’AP exige désormais des "preuves" que l’affection a été contractée en prison...

La PPS estime inadmissible d’arrêter d’aider financièrement les familles de ces résistants qui ont souvent passé de longues années en prison — le taux de la pension versée par l’AP est d’ailleurs proportionnel à la durée de la détention— et accusent l’AP de céder aux pressions israéliennes, qui prétendent qu’elles vont "à l’encontre de la paix" et "récompensent des terroristes".

D’anciens prisonniers ont commencé mercredi un sit-in devant le ministère des finances à Ramallah et ont annoncé qu’ils se mettraient en grève de la faim si l’AP cessait de leur verser cette pension, qui est inscrite dans la loi en Palestine.

Source Ma’an News

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8170