Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
12 janvier 2016

Contrôle au faciès pour le journaliste Nadir Dendoune … en plein tribunal

Le journaliste Nadir Dendoune a été mardi la victime d’un contrôle discriminatoire à l’intérieur même du tribunal de Bobigny, où il couvrait le procès du policier accusé de la mort d’Amine Bentousi.


Sa consoeur Marie Barbier, de L’Humanité, a assisté à la scène. Elle la raconte dans les colonnes de son journal.

Délit de faciès en plein procès du policier accusé de la mort d’Amine Bentounsi

MARIE BARBIER
MARDI, 12 JANVIER, 2016
HUMANITE.FR

Traitement de faveur pour notre confrère Nadir Dendoune. Assis au milieu de tous les autres journalistes, il est le seul à qui un policier est venu lui demander de justifier d’une carte de presse...

Un incident a émaillé lundi matin le procès du policier Damien Saboundjan, jugé jusque vendredi devant la Cour d’assises de Bobigny (Seine Saint Denis) pour avoir abattu, en 2012, Amine Bentounsi d’une balle dans le dos. Dans cette ambiance assez tendue entre la famille de la victime et les forces de l’ordre venus soutenir leur confrère, un policier n’a rien trouvé de mieux que de procéder à un contrôle au faciès au sein même de la salle d’audience…

Il est 9h35 hier matin, le deuxième jour du procès s’ouvre sur le témoignage des experts, lorsqu’un agent s’approche des bancs réservés à la presse. Il s’adresse directement à notre confrère Nadir Dendoune en lui demandant s’il peut justifier d’une carte de presse. Ce Journaliste (notamment pigiste occasionnel pour l’Humanite), écrivain et documentariste couvre ce procès pour le Courrier de l’Atlas. « Je lui ai répondu ‘’Pourquoi vous ne demandez qu’à moi et pas à mes confrères ?’’ », raconte-t-il. Les autres journalistes commencent aussi à poser des questions, mais l’audience se poursuit et l’avocat de la défense, dont le banc se trouve devant celui de la presse, réclame le silence. L’incident s’arrête là.
Il faudra attendre la suspension d’audience, à 12h15, pour avoir une explication. Interrogé, le policier auteur du contrôle assume tout à fait son geste : « C’est le seul journaliste que je ne connaissais pas, les autres sont des habitués de la cour d’assises. » Faux : l’auteure de ces lignes en personne n’a jamais couvert de procès aux assises du tribunal de Bobigny et n’a pas été contrôlée une seule fois depuis hier…
« Ça fait dix ans que je fais ce métier et je suis contrôlé en permanence, regrette Nadir Dendoune. Ça m’est même arrivé une fois alors que je portais la caméra de France 3 ! ». Mais au cœur d’une cour d’assises, c’est une première…

http://www.humanite.fr/delit-de-facies-en-plein-proces-du-policier-accuse-de-la-mort-damine-bentounsi-595224

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 7880