Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
19 janvier 2016

Human Rights Watch dénonce les entreprises implantées dans les colonies israéliennes

Les entreprises implantées dans les colonies israéliennes de Cisjordanie occupée qui apportent leur contribution à un "système fondamentalement illégal" et à une "violation" des droits des Palestiniens doivent cesser leurs activités, a affirmé mardi Human Rights Watch (HRW).



Vue aérienne de Hébron en Cisjordanie le 15 décembre 2015

Dans un rapport, publié par l’AFP, cette ONG basée aux Etats-Unis critique la politique israélienne en Cisjordanie qui consiste pour le gouvernement à soutenir la colonisation et "la confiscation illégale" de terres palestiniennes.

Ce document critique les entreprises, y compris étrangères, liées aux colonies notamment dans les secteurs du ciment et de l’immobilier, car elles cautionnent "le traitement privilégié accordé aux colons pour pratiquement tous les aspects de la vie en Cisjordanie".

"L’économie liée à la colonisation contribue à la politique du gouvernement israélien qui dépossède et discrimine durement les Palestiniens tout en profitant du vol des terres palestiniennes et d’autres ressources", affirme Arvind Ganesan, un responsable de HRW.

"La seule façon pour le monde des affaires de respecter ses responsabilités en matière de droits de l’Homme est de cesser de travailler avec et dans les colonies", ajoute-t-il.

Sollicitée par l’AFP, l’unité du ministère de la Défense chargée des affaires civiles en Cisjordanie n’a pas commenté le rapport de HRW. .

Israël occupe la Cisjordanie depuis la guerre de juin 1967 et plus d’un demi-million d’Israéliens vivent dans cette région ainsi qu’à Jérusalem-est annexée. Les accords de 1993 étaient censées mener à une solution permanente dans les cinq ans. Les colonies de Cisjordanie, érigées sur des terres palestiniennes, sont considérées comme illégales par la communauté internationale et comme un obstacle majeur à la paix.

HRW estime que les firmes étrangères actives en Cisjordanie occupée aident les colonies alors qu’Israël "interdit aux Palestiniens d’y construire ou d’exploiter des ressources naturelles".

HRW cite en exemple de firmes étrangères concernées le groupe allemand HeidelbergCement et la firme immobilière américaine Remax.

HeidelbergCement a répondu que ses opérations dans la carrière de Nahal Raba "ne violent pas les droits de l’Homme et les moyens d’existence du peuple palestinien" tout en leur donnant un emploi bien payé.

Remax n’a pas répondu à la lettre que lui a fait parvenir HRW et à un mail de l’AFP. Mais cette entreprise avait auparavant argué que ses agences locales fonctionnent de manière indépendante avec un système de franchise. Le groupe américain a toutefois reconnu qu’il "comprend le caractère sérieux de la controverse autour des opérations immobilières en Cisjordanie et oeuvre pour trouver une solution acceptable par toutes les parties".

http://lexpansion.lexpress.fr/actualites/1/actualite-economique/cisjordanie-les-entreprises-actives-dans-les-colonies-denoncees-par-une-ong_1755017.html

  • Alors, quelles sanctions, Monsieur Valls, spécialiste des gages au CRIF et des câlins aux violeurs du droit international ?

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8030