Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
20 janvier 2016

Prison pour une jeune israélienne objecteur de conscience et pour deux militants anticolonialistes

La "grande démocratie" israélienne jette en prison les jeunes qui refusent de servir dans son armée d’occupation, et les militants pour les droits de l’Homme un peu trop actifs...


Tair Kaminer, 19 ans, vient d’être condamnée à une première peine de 3 semaine de prison parce qu’elle a exprimé, dans ces termes, son refus d’être incorporée dans l’armée israélienne :

Je viens de passer un an à faire du volontariat auprès des enfants de la ville de Sderot qui jouxte la bande de Gaza, et cela m’a amenée à vouloir lutter pour la paix et l’égalité des droits.

Voir la haine que les enfants de cette ville éprouvent parce qu’ils vivent dans une zone de guerre et sont traumatisés, et de même sentir la haine des enfants palestiniens qui subissent une réalité encore plus dure, cela n’est pas supportable. Que vont devenir ces futures générations ?

Voici des années qu’il n’y a aucun horizon politique, aucun processus de paix en vue. Tant que nous n’utiliserons que la manière forte de l’occupant, les choses ne feront qu’empirer et je veux dire "STOP !"

Je refuse de participer à l’occupation des territoires palestiniens et à l’injustice qui est imposé sans fin au peuple palestinien. Je refuserai donc mon incorporation dans cette armée et cet acte n’est pas "anti-démocratique" comme on me le reproche, mais au contraire une contribution à la lutte pour la démocratie qui n’existe, pas tant qu’un peuple est soumis aux dictats d’un gouvernement qu’il n’a pas élu.

Et en tant que femme qui croit à l’égalité des droits, je ne peux pas accepter l’argument de la "sécurité d’Israël", quand cette sécurité n’est envisagée que pour les Juifs.

D’ailleurs la situation actuelle montre bien que, tant que dure cette occupation, l’armée n’est pas en mesure d’assurer la sécurité des juifs. Nous ne pouvons pas créer un îlot de sécurité au milieu d’un océan d’oppression.

La sécurité sera possible seulement lorsque les Palestiniens vivront en paix et dans la dignité, dans un Etat à eux, indépendant.

Et qu’on arrête de nous dire qu’il n’y a pas d’autre alternative que l’exercice de la force brutale par Israël. C’est faux. On peut faire la paix en arrêtant d’occuper et de maltraiter un autre peuple.

C’est pourquoi, malgré toutes les mises en garde autour de moi, j’ai choisi de rendre mon refus public. Et je suis prête à aller en prison pour que d’autres jeunes embrigadés dans la violence et le mépris de l’autre, réfléchissent à l’inhumanité de nos actes et à leurs conséquences pour toute la société".

Bravo et merci à Tair Kaminer !

  • DEUX RESPONSABLES DE B’TSELEM ET TA’AYUSH, associations israéliennes de défense des droits de dl’homme ont été arrêtés et emprisonnés, avec interdiction pour les médias de faire la lumière sur leur sort.

style='float:left; width:249px;'>
C’est notamment le cas de Ezra Nawi, un dissident bien connu, qui défend les droits fondamentaux du peuple palestinien depuis des années et milite notamnet aux côtés des Palestiniens étranglés par la colonisation dans la région d’Hébron.

Il n’a pas eu accès à un avocat pendant une semaine.Et les journalistes se sont vu interdire ("gag order") de parler de son cas, une pratique à laquelle le gouvernement israélien a de plus en plus recours pour baîllonner l’opposition en Israel.

Ezra Nawi serait accusé, selon certains site sionistes, d’avoir dénoncé auprès de l’Autorité Palestinienne des Palestiniens qui aurait accepté de vendre leur terre à des colons, "mettant ainsi la vie de ces Palestiniens vie en danger", peut-on lire sur ces sites, qui se préoccupent pour la première fois de la vie des Palestiniens....

Léa Tsemel serait l’avocate d’Ezra Nawi.

Les Palestiniens du village de Bi’lin qui manifestent tous les vendredis contre le mur qui annexe une partie de leurs terres, ont consacré leur dernière action à Ezra Nawi pour exiger sa libération.

L’autre dissident arrêté serait Nasser Nawaja, un citoyen israélien d’origine palestinienne, membre de B’Tselem, qui a fait savoir que les accusations contre lui sont un ramassis d’ordures. Mais on ne sait rien de plus pour le moment, la grande démocratie israélienne s’attaquant à l’action des ONG humanitaires, avec ordre de se taire, comme toute bonne dictature.

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 240