Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
20 janvier 2016

Israël : comme en France, la « gauche » y emboîte le pas à l’extrême-droite

Le cadavre de la « gauche » sioniste, putréfié depuis longtemps, cherche quand même à faire parler de lui : en dépassant dans l’ignominie la bande de Netanyahou et de son gouvernement fasciste.

Isaac Herzog, leader de l’Union Sioniste, qui fait fonction d’opposition juive officielle en Israël, a ainsi présenté mardi un programme d’apartheid plus radical encore que ce que pratique le gouvernement, apprend-on à la lecture du quotidien Haaretz.


Herzog était l’invité de l’Institut National des Etudes de Sécurité à Tel-Aviv.

« Je veux qu’on se coupe du plus grand nombre de Palestiniens le plus vite possible, et qu’on achève enfin la construction du mur de séparation. Nous ici, eux là-bas », a-t-il déclaré.

C’est quoi, ce « là-bas » ?

Facile, répond Herzog.

Il faut d’abord exclure du périmètre de la ville les quartiers palestiniens de Jérusalem, d’Issawya au camp de réfugiés de Shoafat, et reléguer des centaines de milliers d’habitants arabes derrière un mur infranchissable.

Ce n’est qu’à cette condition qu’on aura enfin une « vraie Jérusalem, capitale éternelle d’Israël", réservée aux seuls enfants du peuple élu.

Mais attention : même dans ces conditions, pas question de faire la moindre concession concernant les blocs de colonies juives de la Cisjordanie. Grâce à l’extension du mur, ils devront tous être annexés à Israël.

Pas question non plus de renoncer au contrôle militaire de la totalité de la Cisjordanie, a-t-il poursuivi, et pour que tout le monde comprenne bien que la seule perspective attendant les Palestiniens, ce sont les bantoustans ou le cercueil, il a précisé : « Il n’y a pas de solution à deux Etats, et encore moins à un Etat où Juifs et Palestiniens vivraient en paix ».

Le peuple palestinien résiste ?

Pas grave, répond le matamore Herzog, qui reproche à Netanyahou de se contenter de « bombarder des terrains vagues avec des engins factices (sic) ». Comme si le gouvernement actuel ne faisait pas ses preuves en matière de crimes de masse.

Herzog au pouvoir, ce serait une autre affaire : « A Gaza, nous détruirions toutes les infrastructures du Hamas, stations de radio et de télévision comprises, sans hésiter à liquider leurs dirigeants ».

Et une fois la solution finale mise en œuvre, il suffirait de convoquer une conférence régionale, « avec la participation des pays arabes modérés » : « la relégation des Palestiniens est partie intégrante de notre plan pour éradiquer le terrorisme islamique du Moyen-Orient », a conclu l’apprenti boucher.

Rappelons enfin qu’Isaac Herzog est issu du Parti Travailliste, qui fait partie, comme son homologue français le PS, de « l’Internationale Socialiste ».

Source : Haaretz
http://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.698391

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 7880