Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
22 février 2016

100 jours de punition collective à Hébron

Les résidents des quartiers de Tel Rumeida et de la rue Shuhada, à Hébron, vivent depuis 100 jours dans une zone militaire fermée imposée par l’armée israélienne qui impose aux résidents palestiniens de s’enregistrer auprès des forces israéliennes pour se voir autoriser l’accès à leurs foyers, rapporte ISM.


Ont également été bannis de la zone tous les autres palestiniens, soit les membres de la famille, les travailleurs sociaux et médicaux ainsi que les activistes et les journalistes. Le 5 février dernier, les forces militaires israéliennes ont publié un document annonçant la poursuite de la zone militaire jusqu’au 1er mars, avec la possibilité d’un nouveau renouvellement.



Deux jeunes palestiniens attendent au checkpoint Shuhada que les soldats israéliens veuillent bien les autoriser à rentrer chez eux

Durant cette période, les résidents palestiniens ont dû faire face à des restrictions de mouvement toujours plus importantes, appliquées sous couvert de protéger la sécurité des citoyens israéliens. Dans la zone militaire fermée ainsi que dans toutes les zones d’Hébron contrôlées par l’armée israélienne, les colons israéliens marchent librement dans la rue, parfois armés, sans être perturbés par les contrôles de l’armée et les checkpoints. Les organisations internationales et palestiniennes ont demandé de mettre fin à cette zone militaire fermée, qui constitue une punition collective, interdite par les Conventions de Genève.

L’armée israélienne vise spécifiquement les défenseurs des droits de l’Homme, qui risquent constamment une expulsion arbitraire d’une zone de la ville où leur présence est grandement appréciée des Palestiniens depuis de longues années en tant qu’observateurs internationaux.

« Les soldats et les colons rendent la vie des Palestiniens impossible afin qu’ils quittent leurs maisons de leur propre chef, » explique Abed Salaymed, un résident du quartier. « C’est un crime selon le droit international. Ils visent les activistes pour empêcher la vérité d’être mise à jour ».

« C’est évident qu’en forçant par la violence les défenseurs des droits de l’Homme à quitter la zone, l’armée israélienne évacue les témoins des violations des droits de l’Homme qui y sont pratiquées, » ajoute Jenny, une activiste des droits de l’Homme à Hébron.


Les autorités israéliennes ont déclaré le quartier "zone militaire fermée" le 1er novembre 2015. L’annonce a coïncidé avec les meurtres des Palestiniens Homam Adnan Sa’id et Islam Rfiq’ Ebeido (photo ci-dessus), les 27 et 28 octobre. Les témoins des deux incidents ont rapporté que les jeunes ne posaient aucune menace aux soldats lorsque ces derniers les ont abattus "de sang froid" et ensuite les ont empêchés de recevoir un traitement médical. Le directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty Interntional a déclaré fin octobre que les "forces israéliennes semblaient avoir déchiré le livre des règles et avaient recours à des mesures extrêmes et illégales."

Depuis le début d’octobre 2015, plus de 170 Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes ; la ville d’Hébron a compté plus de morts que tout autre endroit, à part Jérusalem Est occupée. 551 Palestiniens ont été arrêtés dans le seul mois de janvier 2016, dont 120 à Hébron, et plus de 7.000 Palestiniens sont actuellement séquestrés dans les prisons israéliennes.

Le 30 octobre 2015, les résidents de Tel Rumeida et la rue Shuhada (le petit segment où les Palestiniens sont encore autorisés à vivre) ont dû, en longues files d’attente (photo ci-dessus), s’enregistrer auprès des forces israéliennes. Les familles se sont vues attribuer des numéros, qu’elles sont depuis lors forcées de présenter pour entrer dans leur quartier lourdement militarisé. Tous peuvent se voir refuser l’accès à leur maison s’ils n’ont pas une pièce d’identité ou un numéro d’identification qui convient aux soldats.

Le mouvement international de solidarité appelle la communauté internationale, les gouvernements, les nations et les peuples à faire pression sur les autorités israéliennes pour mettre fin à la zone militaire fermée et forcer les autorités israéliennes au respect des droits humains fondamentaux des Palestiniens.



Militants et familles rassemblés devant le checkpoint Shuhada pour protester contre la zone militaire fermée (photo Youth Against Settlements)

Source :
http://www.ism-france.org/temoignages/100-jours-de-punition-collective-a-Hebron-AlKhalil-article-19902

Traduction : CL pour ISM

  • BOYCOTT ISRAEL !

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8100