Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
15 mars 2016

Israël récupère 78 % de l’aide humanitaire destinée aux Palestiniens

Ce sont les conclusions du rapport publié par l’économiste israélien Shir Hever et reprises par le journaliste Jonathan Cook.

Les sommes en jeu sont considérables. Les Palestiniens sous occupation sont parmi les plus dépendants de l’aide dans le monde, puisqu’ils reçoivent chaque année plus de 2 milliards de dollars de la communauté internationale.

Et plus de 78 % de cet argent va directement dans les caisses d’Israël et lui servent à financer l’occupation. En effet, pour atteindre les Palestiniens, les donateurs acceptent de passer par Israël, qui en profite pour « détourner » et « réaffecter » l’aide.

Contrôlant, en tant qu’occupant, toute la circulation des personnes et des biens, Israël fait payer aux Palestiniens le transport et le stockage ainsi que des redevances « de sécurité ».

D’autres études ont identifié des profits supplémentaires à partir de la « destruction de l’aide », souligne Jonathan Cook. Chaque fois qu’Israël anéantit des projets financés par l’aide étrangère, les Palestiniens sont perdants – mais souvent Israël y gagne.

Le cimentier Nesher, par exemple, contrôlerait 85 % de toutes les constructions par les Israéliens et les Palestiniens, y compris les fournitures pour la reconstruction à Gaza après les dévastations successives causées par Israël. Outre les employés des industries de la sécurité, d’importants segments de la société israélienne se remplissent les poches grâce à l’occupation.

L’expert en droit international Richard Falk note qu’Israël exploite un vide dans la supervision de l’aide : les donateurs ne mettent pas de conditions pour s’assurer que leur argent parvient bien aux bénéficiaires visés.

Ce qu’a fait la communauté internationale au long de ces 20 dernières années du processus d’Oslo – consciemment ou non – c’est offrir à Israël des incitations financières pour stabiliser et ancrer sa domination sur les Palestiniens. Israël peut le faire pratiquement sans rien débourser .

A tel point, qu’Israël a fini par devenir aussi tributaire de l’aide que les Palestiniens eux-mêmes, conclut l’étude de Shiver.

  • Jonathan Cook, correspondant étranger en poste permanent en Israël (Nazareth depuis 2001) a obtenu le Prix Spécial de journalisme Martha Gellhorn. Ses derniers livres sont : « Israel and the Clash of Civilisations : Iraq, Iran and the to Remake the Middle East » (Pluto Press) et « Disappearing Palestine : Israel’s Experiments in Human Despair » (Zed Books).
    http://www.jonathan-cook.net

Repris partiellement du site : http://www.info-palestine.eu/spip.php?article15942

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8570