Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
27 mars 2016

La mafia franco-israélienne embarrasse Netanyahou

La mise en lumière des connexions entre la pègre franco-israélienne, Netanyahou, et son émissaire français Meyer Habib fait quelques vagues en Israël. Le quotidien Haaretz a repris cette semaine des éléments de l’enquête du site Mediapart sur un réseau franco-israélien, dont la figure la plus marquante s’appelle Arnaud Mimran.

Mimran, libéré en janvier dernier alors qu’il était emprisonné pour séquestration et extorsion de fonds, doit être jugé à partir du 2 mai prochain à Paris avec plusieurs comparses, dans le cadre d’une gigantesque affaire de fraude à la TVA totalisant un minimum de 300 millions d’euros et peut-être jusqu’à 1,6 milliard d’euros au détriment du fisc français.

L’homme est placé sous contrôle judiciaire, mais on ne sait pas s’il fait l’objet d’un signalement au passage des frontières, et par conséquent s’il sera présent à son procès. D’autres prévenus seront assurément absents : d’origine juive, ils ont d’ores et déjà profité de la « Loi du Retour », et ont été se mettre à l’abri en Israël, leur éventuelle extradition vers la France devenant alors délicate.

Selon Mediapart, la police française soupçonne parallèlement Mimran d’être concerné par une série d’assassinats intervenus ces dernières années, dont celui de son ex-beau-père, le milliardaire Claude Dray. Mais il n’a pas, ou pas encore, été mis en examen dans ces affaires-là. Les autres assassinats non élucidés concernent celui du franco-israélien Sammy Souied, et celui d’un homme présenté comme étant un « garde du corps », nommé Albert Taieb.


Quid de ses relations avec Netanyahou ? Mediapart publie une photo de 2003 montrant Mimran faisant bombance, à Monaco, avec celui qui était alors ministre des Finances dans le gouvernement d’Ariel Sharon.

Surtout, le site affirme que la famille Mimran a financé de manière régulière le Likoud, et qu’elle a mis à la disposition de Netanyahou, pendant des années, un immense appartement dans le XVIème arrondissement de Paris.



(Arnaud Mimran et Meyer Habib à la synagogue)

Le journaliste de Mediapart Fabrice Arfi pointe également les relations amicales de Mimran avec le député et dirigeant du CRIF Meyer Habib, avec une anecdote cocasse : Meyer Habib aurait fait fabriquer, une bague en or rose surmontée d’une tête de mort, qu’il aurait remise à Mimran. Le bijou a été retrouvé au pied du cadavre de Sammy Souied, abattu par des inconnus le 14 septembre 2010 à Paris, alors qu’il avait précisément rendez-vous avec Mimran auquel il réclamait sa part du butin de la fraude à la TVA, soit la bagatelle de 30 millions d’euros.



(Un autre pote de Mimran : le chanteur et partenaire de poker Patrick Bruel)

Plus généralement, Mediapart s’interroge sur « l’incroyable réseau » tissé par Mimran, et les complicités de tous ordres dont il a pu bénéficier jusqu’à présent. Le site évoque notamment des protections policières (françaises).

En Israël, Netanyahou a opposé un démenti aux informations de Mediapart relayées par le quotidien Haaretz, se contentant de dire qu’en 2003, à l’époque de ce fameux déjeuner à Monaco, la famille Mimran n’avait jamais eu maille à partir avec la justice. Ce qui est complètement faux.

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8430