Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
3 avril 2016

Jeudi à la librairie Résistances : « Nostalgérie », d’Alain Ruscio

La librairie Résistances accueille jeudi 7 avril, à partir de 19 heures, l’historien Alain Ruscio pour la présentation de son dernier ouvrage, « Nostalgérie – L’interminable histoire de l’OAS » (éditions La Découverte).

style='float:left; width:154px;'>
L’OAS ? Le sigle signifiant « Organisation armée secrète » apparaît début 1961, à un moment où il devient de plus en plus évident que la domination coloniale française ne pourra plus durer longtemps, et que l’Algérie finira par être indépendante.

En fait, comme le montre Ruscio, le terrorisme des partisans de l’Algérie française est bien plus ancien que l’OAS elle-même : il se manifeste, avec une violence raciste extrême, chaque fois que les Algériens colonisés depuis plus d’un siècle par la France réclament un minimum de justice.

Aujourd’hui, pour des centaines de milliers d’Européens qui ont naguère vécu en Algérie, l’idéalisation du passé s’est transformée en « nostalgérie », beau mot chargé de mélancolie.

Mais le drame commence lorsqu’on constate qu’une seule famille politique française, celle des anciens de l’Organisation armée secrète (OAS) et de leurs héritiers, l’a durablement instrumentalisée. Les « ultras » de l’Algérie française, ces hommes qui avaient fait le choix, à partir de février 1961, d’enclencher, en Algérie et en France, une incroyable spirale de violence terroriste, menant toute une communauté à l’impasse puis à l’exil, ces hommes sont en partie parvenus à en accaparer la mémoire.

Alain Ruscio propose dans ce livre un récit synthétique des racines et de l’histoire de ce tragique épisode, ainsi que de ses séquelles contemporaines. Mobilisant un important corpus documentaire – dont beaucoup de Mémoires d’anciens de l’OAS –, l’auteur retrace la dérive de ces officiers à l’idéal patriotique dévoyé. Enfin, Alain Ruscio explique comment et pourquoi la mémoire brûlante de ces années de folie meurtrière travaille toujours, de façon souterraine, la société française.

Ce livre est une réponse à l’un des derniers négationnismes que véhicule encore une certaine histoire coloniale « à la française ».

Jeudi 7 avril, à partir de 19 heures, Librairie Résistances, 4 Villa Compoint, 75017 – Paris (Métro ligne 13 stations Guy Moquet ou Brochant – bus ligne 31 arrêt Davy-Moines)

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8110