Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
2 juillet 2016

Ramadan sous le signe de la répression : Un Palestinien tué par les gaz lacrymogènes, 40 autres blessés.

Alors qu’il tentait de passer le checkpoint de Qalandiya en Cisjordanie occupée, pour aller prier à Al Aqsa, à Jérusalem Est, ce vendredi, Muhammad Mustafa Habash, 63 ans, a été tué par l’armée israélienne qui a gazé la foule, blessant 40 autres personnes et empêchant les ambulances de leur porter secours.


Les gaz lacrymogènes utilisés par les forces d’occupation israéliennes —qui viennent de donner des leçons de maintien de l’ordre en France— sont toujours plus toxiques.

En ce mois de Ramadan, les affrontements sont particulièrement meurtriers à chaque fois que les Palestiniens sont empêchés de se rendre à l’esplanade des mosquées, pour prier, tandis que des provocateurs israéliens ont le droit d’y entrer sous escorte policière.

En plus des gaz lacrymogènes, l’armée et la police frappent les Palestiniens massés aux checkpoints avec la crosse de leurs fusils et des batons, y compris montés sur leurs chevaux, comme on le voit sur cette vidéo :

Pendant tout le mois de ramadan, les Palestiniens de moins de 45 ans se sont vu interdire la possibilité d’aller prier à la mosquée Al Aqsa à Jérusalem Est, en Palestine occupée.

Le mois sacré du Ramadan est synonyme de calme et répit pour les Palestiniens de confession musulmane. Cependant cette année la période religieuse a été marquée par une augmentation des arrestations, des destructions de maisons et des interdictions de circuler. Les restrictions d’accès à la mosquée Al-Aqsa, ont été multipliées tandis que les Palestiniens qui y accédaient ont été la cible d’insultes racistes de la part de centaines d’extrémistes israéliens.

Plus de 330 Palestiniens, dont des femmes, enfants, personnes âgées, des gens atteints de maladies graves, des prisonniers récemment libérés et des pêcheurs de Gaza, ont été arrêtés depuis le début du Ramadan le 6 juin, d’après un rapport publié samedi par le centre d’études palestinien.

Outre les arrestations aux checkpoints, des familles entières sont arrêtées dans leurs villages, tels Khawla Badawi Hasan, sa fille Muna et son fils Mutasem arrêtés lundi dernier, 2 jours après que son mari Khalil Abed al-Haq Hasan âgé de 57 ans et leur fils Muhammad eurent été arrêtés, dans le village de Qusra à Naplouse.

Plus de 60 enfants ont été arrêtés depuis le début du Ramadan dont Marwan Al-Sharabati âgé de 10 ans et originaire de Hébron qui a été attaqué et arrêté dans la rue Al-Shuhada à Hébron, indique-t-on de même source.

Plus de 21 femmes et jeunes filles dont 3 mères de prisonniers ont été également arrêtées. Fawziya Ali Awwad âgée de 42 ans mère de Moussa Awwad originaire de Bethelem a été arrêtée alors qu’elle rendait visite à son fils dans la prison israélienne Ktziot dans le Negev.

Wafaa Salim Syuri a été arrêtée lors de sa rencontre avec les renseignements israéliens après avoir été convoquée.

Ibtisam Faleh Dweikat 50 ans, mère du prisonnier Ammar Dweikat, a été arrêtée après que les forces israéliennes ont envahi sa maison.

Parmi les prisonniers les plus âgés, on compte Muhammad Zeidat 73 ans et son fils Moussa 50 ans tous deux originaires de Hébron.

Les forces israéliennes ont également continué à emprisonner des pêcheurs palestiniens de Gaza. En effet, 13 pêcheurs ont été arrêtés et emmenés vers le port israélien Ashood depuis le début du Ramadan .

Et le leader du bureau de Gaza concernant l’organisation humanitaire, Muhammad Al-Halabi, a été arrêté à la frontière d’Erez ce mercredi. De même que Ayat Allah Ali Sarhan, commerçant de 37 ans. Tous deux ont été emprisonnés illégalement à Ashkelon.

Les forces israéliennes ont aussi condamné 6 prisonniers palestiniens à perpétuité au cours de ce mois de ramadan

Et elles ont continué à prendre pour cible les campagnes de soutien aux prisonniers politiques. Des dizaines de prisonniers affiliés au Front Populaire pour la libération de la Palestine ont ainsi été déportés de la prison Meggido en tant que punition pour avoir apporté leur soutien au prisonnier Bilal Kayed, en grève de la faim depuis 15 jours, après l’annonce de sa détention administrative, alors qu’il avait fini de purger une peine de 14 ans et demi.

(Traduit par Khadija B. pour CAPJPO-EuroPalestine)

Maan News

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 7890