Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
30 juillet 2016

Soutien à Bilal Kayed qui entre dans son 46ème jour de grève de la faim !

Bilal Kayed, militant palestinien du FPLP, retenu sans raisons en détention par Israël à l’échéance de sa peine de prison, continue le combat pour la liberté et contre l’arbitraire, alors qu’il est enchaîné à son lit d’hôpital.


C’est mains et pieds liés que l’occupant le maintient enchaîné à son lit d’hôpital de Barzilai, avec 3 gardiens de prison qui l’entourent jour et nuit. Alors que c’est Israël qui est dans l’illégalité en le retenant sans charge, ni procès, à l’issue de sa détention de près de 15 ans, pour son appartenance au FPLP, un parti de la résistance palestinienne.

Très affaibli et amaigri, souffrant de vertiges, incapable de marcher, il n’absorbe que de l’eau salée après avoir eu des troubles prolongés de la vision. Il refuse toutes vitamines, compléments alimentaires ou examens médicaux de l’occupant.

Des manifestations de Palestiniens de 48 (citoyens israéliens) se déroulent devant l’hôpital Barzilai.

Une centaine de prisonniers sont en grève de la faim en solidarité avec Bilal, malgré la répression qui s’abat dans les geôles sionistes sur tous ceux qui protestent contre cette nouvelle mesure de détention ad vitam : raids dans les cellules, privations de cour, de visites familiales, de possibilités de cantiner, confiscation voire destruction des effets personnels, transferts impromptus et forcés dans différentes prisons...

Ceci se déroule dans les prisons de Ramon, du Neguev, de Gilboa, et Nafha, tandis que les frères al-Balboul, en grève de la faim, ont été roués de coups à la prison d’Ofer.

L’association israélienne "Médecins pour les Droits de l’Homme" a fait appel le 22 juillet dernier auprès du tribunal de Bersheva contre le fait que Bilal Kayed est enchaîné à son lit d’hôpital, faisant valoir, que ces entraves sont contraires à l’éthique médicale, au droit international et aux droits de l’homme. L’association a également exigé qu’un médecin indépendant puisse examiner Bilal.

Elle a publié un communiqué auquel se sont joints Adalah, Addameer et le Comité contre la Torture en Israël (PCATI).

Les rassemblements de protestations se poursuivent dans de nombreuses villes comme Bruxelles, Athenes, Belfast, New York, Philadelphia, London , Lykesil, Malmo, et Berlin, ainsi que dans les camps de réfugiés du Liban.






Vendredi, les Palestiniens du camp de réfugiés de Balata à Naplouse, ont marché vers le checkpoint d’Huwarra pour réclamer la libération de Bilal Kayed.

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : Samidoun

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 7890