Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
12 août 2016

Les judokas israéliens boycottés aux JO de Rio

On ne peut pas boycotter tout un peuple, le persécuter, l’empêcher de vivre, de circuler, de travailler, de se soigner, et prétendre ensuite être traités avec "fair play" dans les compétitions internationales. Le boycott de la Palestine par Israël se retourne nécessairement contre toutes les manifestations de cet Etat criminel et cela ne fera que s’amplifier.

Le site Atlantico rapporte ainsi que Joud Fahmy, une judoka saoudienne, a déclaré forfait dimanche dernier lors de son premier match au Jeux Olympiques contre la Mauricienne Christianne Legentil. Avant la rencontre, "des officiels saoudiens ont annoncé sur Twitter que la sportive s’était blessée aux bras et aux jambes durant l’entraînement", raconte le site.

Mais selon les médias israéliens, cet abandon serait en fait une manœuvre destinée à éviter le combat (en cas de victoire contre la Mauricienne) face à Gili Cohen, une athlète israélienne.

Toujours dans le judo, c’est aussi le combat entre un Egyptien et un Israélien qui pose problème



Le judoka égyptien Islam El Shehaby (en blanc, ici face à un Afghan lors du championnat du monde 2015) doit affronter un Israélien vendredi, ce qui fait débat en Egypte. (JACK GUEZ/AFP)

"Ils tuent notre peuple"

Vendredi 12 août, Islam El Shehaby doit affronter Or Sasson, dans la catégorie des plus de 100 kilos. Une rencontre qui fait débat sur les réseaux sociaux en Egypte, comme l’explique le site Cairoscene. Pour certains Egyptiens, Islam El Shehaby doit se retirer, car toute relation avec Israël doit être évitée, y compris dans les stades et gymnases. Sur Facebook, un internaute demandant au sportif de ne pas combattre écrit ainsi :

"C’est une décision difficile, néanmoins ce sera mieux que de normaliser [nos relations avec, NDLR] ceux qui tuent notre peuple."

Mais Sissi veille au grain. Et sa collaboration avec l’occupant israélien étant totale, les Israéliens ont bon espoir que le combat aura lieu.

Ces tensions surviennent quelques jours après un premier incident vendredi 5 août. Avant la cérémonie d’ouverture, les sportifs libanais ont refusé de laisser monter les athlètes israéliens dans le bus qui devait les conduire au stade Maracana.

Des coups d’éclat fréquents

Ce n’est pas la première fois que ce type de conflits éclate aux Jeux Olympiques. Les sportifs israéliens font régulièrement l’objet de boycotts. Déjà à Athènes en 2004, le judoka iranien Arash Miresmaeili avait refusé d’affronter un Israélien. Le "Washington Post" rapporte d’ailleurs que son pays lui a versé une prime de 115.000 dollars pour cela, somme normalement remise aux vainqueurs.

En 2008, c’est le nageur Mohamed Ali Rezaei, Iranien lui aussi, qui déclare se sentir malade avant l’épreuve du 100 mètres, à laquelle participe aussi un nageur israélien. "Le Figaro" souligne que le sportif est "coutumier du fait" : il avait déjà déclaré forfait aux championnats du monde de natation de Rome en 2009 et à Shanghai en 2011, pour les mêmes raisons.

Car il n’y a bien sûr pas qu’aux JO que l’on observe ces cas de boycott. En 2013 lors d’un tournoi en Ouzbékistan par exemple, le tennisman tunisien Malek Jaziri ne joue pas face à l’Israélien Amir Weintraub.

Un an et demi plus tard, lors du tournoi de Montpellier en février 2015, Malek Jaziri jette à nouveau l’éponge avant de rencontrer le n°1 israélien, Dudi Sela.

Source : http://m.nouvelobs.com


CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1200