Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
19 août 2016

Rassemblement ce samedi en Soutien aux prisonniers palestiniens en grève de la faim

A Paris, à Lyon, à Douai, à Béziers, à Poitiers, Chalon sur Saône et dans d’autres villes, soyons nombreux ce samedi 20 août à montrer notre soutien aux prisonniers palestiniens en grève de faim, sadiquement enchaînés à leurs lits d’hôpital par leurs geôliers israéliens. Israel, "modèle de lutte anti-terroriste" ? Modèle d’une barbarie, que nous ne sommes pas prêts d’accepter, et que les Palestiniens nous appellent à dénoncer.



Bilal kayed en grève de la faim depuis le 15 juin, soit 64 jours sans manger

Merci bien noter les rendez-vous suivants, organisés en commun par plusieurs associations et collectifs, et faire votre maximum pour y participer demain samedi, et faire circuler l’information :

- A Paris, rassemblement de 15 H à 18 H , Place Edmond Michelet, à Beaubourg (Métro-RER Châtelet Les Halles)

-* A Lyon, rassemblement de 15 H à 17 H, Place de la République (Face au printemps)

-* A Douai, rassemblement de 8h à 13 h, Place du Barlet, sur le marché.

-* A Chalon sur Saone : Rassemblement à 15h à l’entrée de la Grande Rue

-* A Béziers : rassemblement de 10 H 30 à 12 H sur le parvis du théâtre de Béziers (Allées Paul Riquet)

-* A Poitiers, rassemblement à 11 heures, sur le Marché Notre Dame devant l’église Notre Dame

-* A Metz : Rassemblement devant la mairie, de 10 h à 12h

-* Saint-Girons (09200) : sur le marché, de 10 à 12 h

De nombreux autres prisonniers politiques palestiniens sont également en grève de la faim, dont 5 dans un état de santé très critique.

Israel leur refuse y compris les visites de leurs avocat.

Pour rappel, Bilal Kayed est détenu sans inculpation, ni jugement. il a achevé, le 13 juin 2016, de purger une peine d’emprisonnement de 14 ans et demi dans les prisons israéliennes, pour appartenance au FPLP (Front Populaire de Libération de la Palestine).

Alors que sa famille l’attendait sur un checkpoint israélien pour rentrer à la maison dans son village de Asira al-Shamaliya, l’occupant israélien a annoncé à la dernière minute 6 mois de détention "administrative" supplémentaire, indéfiniment renouvelable, sans justification et l’a renvoyé en cellule d’isolement, où il a passé les neufs mois précédents.

Depuis 64 jours, il n’a absorbé aucune nourriture. Il s’est engagé à continuer sa grève pour la liberté, malgré toutes les conséquences pour lui personnellement. Dans le même temps, à la fois lui et ses 7.000 camarades prisonniers - dont 750 maintenus en détention administrative - ont affirmé que son combat n’est pas un combat individuel. Le cas de Kayed menace de créer un précédent qui affecte tous les prisonniers palestiniens - la menace d’une détention illimitée faisant suite à une peine de prison expirée. C’est aussi une tentative de supprimer toute contestation et organisation dans les prisons israéliennes ; Kayed a été dirigeant élu des prisonniers qui a établi une coordination entre les factions palestiniennes pour organiser la grève de la faim et d’autres actions des prisonniers.

Plus de 150 organisations palestiniennes et internationales ont signé un appel demandant sa libération.



Manifestation pour la libération des prisonniers palestiniens ce jeudi à Ramallah

Dans les rues de Palestine et au niveau international, la voix du peuple s’élève : des villes, des villages et des camps de réfugiés de Palestine occupée, dans toutes les régions, à Haïfa, à Asqelan, à Umm al-Fahm, à Naplouse, à Dheisheh, à Bethléem, au Camp d’Aïda, au Camp de Qalandiya, à Jérusalem, à Ramallah, à Jénine, à Tulkarem, à Qalqilya, à Gaza, à Khan Younis, et à beaucoup d’autres encore ; et des cités et des villes dans le monde, à New York, à Vancouver, à Montréal, à Johannesburg, à Belfast, à Dublin, à Beyrouth, au Caire, à Rabat, à Bruxelles, à Berlin, à Amsterdam, à Paris, à Toulouse, à la Haye, à Göteborg, a Montréal, à Vienne, à Copenhague, à Malmö, à Caracas, à Sao Paulo, à Naples, à Sydney, à Milan, à Londres, à Manchester et à beaucoup d’autres encore.

Le comité des prisonniers palestiniens écrit : "Dans le même temps, les voix des responsables dans le monde se taisent : de celles des importantes organisations de défense des droits de l’homme à celles des gouvernements et des organismes de l’ONU. En ce moment urgent, nous appelons toutes les personnes de conscience, les associations de solidarité avec les Palestiniens et la Palestine, et les organisations pour la justice sociale à renforcer la lutte pour la libération de Bilal Kayed. La fixation d’une date d’audience dans deux mois est une déclaration manifeste de la volonté israélienne d’assassiner Bilal Kayed et d’étouffer le mouvement des prisonniers. Faisons de la semaine du 12 août au 20 août des journées d’action pour la libération de Bilal et la libération de la Palestine !"

"Même si le moment n’est pas facile car beaucoup de gens sont encore absents, il est important de répondre à la demande des prisonniers palestiniens. D’autant que c’est ce terrorisme d’Etat israélien qui est montré en exemple comme modèle dans la lutte anti-terroriste aussi bien par la droite que la gauche", souligne le Comité Palestine Poitevin.

D’autant, qu’au début du mois, le pays de l’apartheid a fait voter une loi spécifiquement pour les enfants palestiniens, abaissant à 12 ans l’âge pour les emprisonner "légalement".

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 690