Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
7 novembre 2016

La "grande démocratie israélienne" a mis les journalistes de gauche "sous surveillance" pour les licencier

Un proche du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé dimanche avoir fait surveiller les pages Facebook de journalistes que le pouvoir accuse d’être de gauche et d’avoir "infiltré" un nouvel organisme chargé des médias publics.


Un syndicat de journalistes ainsi que des membres de l’opposition ont dénoncé ces pratiques en évoquant la Stasi, ancienne police secrète est-allemande, le KGB soviétique et le maccarthysme.

« Nous avons suivi les messages de ces journalistes sur Facebook » a déclaré le député David Bitan, chef de la coalition parlementaire et membre du Likoud, le parti Netanyahou, sans vouloir divulguer les noms des journalistes placés sous surveillance et faisant partie de la "Public Broadcasting Corporation", organisme qui devait remplacer le 1er janvier l’Autorité de radiodiffusion qui supervise la radio et la télévision publique.

Benjamin Netanyahu, se bat pour son démantèlement avant même qu’il ne commence à fonctionner, alors que 400 personnes sont déjà employées pour y travailler. Mais trop de journalistes "de gauche" à son goût.

Source : Haaretz

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8110