Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
8 décembre 2016

Israël veut cacher sa contribution au génocide en Bosnie

La Cour Suprême israélienne vient de s’opposer à une demande de publication des détails de l’implication de son gouvernement dans le génocide des Bosniaques, au cours des années 1990 dans l’ex-Yougoslavie.


Une pétition citoyenne demandait un rapport d’enquête complet sur les livraisons d’armes, par Israël, à l’armée serbe au cours de ces années.

Mais la magistrature suprême a pudiquement estimé que de telles révélations étaient"susceptibles de ternir l’image d’Israël sur la scène internationale", et qu’en conséquence il fallait mieux les laisser sous le boisseau, rapporte le site israélien d’opposition +972.

Sans parler des conséquences judiciaires potentielles pour les trafiquants d’armes israéliens dont les noms seraient ainsi révélés.



(Une des nombreuses fosses communes mises au jour en Bosnie)

Les pétitionnaires, l’avocat Itay Mack et le Pr Yair Oron, ont pourtant trouvé des preuves accablantes de l’aide militaire fournie par Israël aux forces serbes opérant en Bosnie-Herzégovine, et qui se sont rendues coupables de nombreux crimes de guerre, voire de génocide à l’encontre de la population bosniaque de la région.



(le général serbe Radio Mladic)

Les plaignants citent notamment le journal personnel du général Radko Mladic, actuellement jugé par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), dans lequel ce dernier fait explicitement état de la collaboration militaire israélienne à son entreprise, à une époque où les Nations-Unies avaient un embargo sur l’exportation d’armes à tous les protagonistes de la guerre civile dans ce pays.

Au cours des années 1992-1995, les forces serbes ont perpétrés d’innombrables exactions contre la population musulmane du pays, conduisant à la mort de 96.000 hommes, femmes et enfants, tandis que des dizaines de milliers d’autres étaient blessés et volontairement affamés, et que le viol des femmes musulmanes se généralisait.

Les forces serbes n’ont pas été les seules à commettre de tels actes, mais les pétitionnaires se concentrent sur elles, parce que ce sont les seules à avoir reçu un soutien militaire israélien, des trafiquants français participant aussi à l’entreprise, selon le rapport de +972.

Le plus tristement célèbre des massacres de Musulmans fut celui conduit sous la direction du général Mladic dans la ville de Srebrenica en juillet 1995, lorsque quelque 8.000 Bosniaques furent exécutés par les milices serbes et rapidement enterrés dans des fosses communes. La ville était théoriquement placée sous la protection des Nations-Unies, mais le contingent de "Casques Bleus" néerlandais ne bougea pas le petit doigt lorsque les tueurs passèrent à l’action.

Outre les aveux (écrits) de Mladic, Mack et Oron se sont procurés la copie d’un contrat de fournitures d’armes israéliennes, signé un mois après l’instauration de l’embargo onusien. On devait par la suite trouver sur le terrain des obus de 120 mm portant des inscriptions en hébreu, tandis que nombreux étaient les soldats des milices serbes équipés du pistolet-mitrailleur israélien "Uzi".

Dans son journal, Mladic écrit notamment :"Les Israéliens nous ont proposé un combat commun contre les extrémistes islamistes. Ils nous ont proposé l’organisation de camps d’entrainement de nos soldats en Grèce, ainsi que la fourniture gratuite de fusils de précision pour nos tireurs d’élite".

Une forfaiture n’arrivant jamais seule, rappelons qu’au début de l’année, cette même Cour Suprême a interdit l’ouverture d’une enquête relative à l’implication du complexe militaro-industriel israélien dans un autre génocide, celui du Rwanda en 1994.

M° Mack ne se décourage pas pour autant. Il prévoit de faire des demandes similaires concernant le soutien militaire et policier apporté par les dirigeants israéliens -ceux-là mêmes qui prétendent incarner la mémoire du génocide du peuple juif- à quelques unes des pires dictatures du siècle passé, du Chili de Pinochet aux généraux argentins en passant par le Sri Lanka.

Source :
http://972mag.com/israels-involvement-in-bosnian-genocide-to-remain-under-wraps/123503/?utm_content=bufferebd8b&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8390