Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
22 décembre 2016

Famille, après famille, Israel se débarrasse des Palestiniens de Jérusalem Est

Ci dessous deux exemples de jugements de la "justice" israélienne, qui a partie liée avec le gouvernement israélien et les organisations de colons, et qui dépossède régulièrement des familles palestiniennes vivant depuis des décennies à Jérusalem Est.


Ce mardi, la Cour Suprême israélienne amenée à trancher entre une famille palestinienne et une organisation de colons voulant s’emparer de sa maison à Jérusalem Est, a choisi le "compromis" suivant : Les parents peuvent rester 10 ans de plus dans leur maison, qui sera ensuite donnée aux colons, mais ils doivent se séparer de leurs 3 enfants qui devront la quitter !!

L’organisation de colons nommée Ateret Cohanim, et pour laquelle des fonds sont collectés un peu partout, y compris en France (et avec déductions fiscales...), s’applique à faire la chasse aux "locataires protégés" de Jérusalem Est, ceux ayant des contrats de location délivrés par la Jordanie avant 1967, c’est à dire avant l’occupation par Israel de la ville.

En effet leur "protection" n’est assurée que sur 3 générations de la même famille. Et quand le dernier locataire de la 3ème génération meurt, la maison peut être récupérée par Israel et tous les descendants peuvent être expulsés.

Et bien entendu, malgré le droit international (Résolution 194 de l’ONU) , aucune loi israélienne ne dit qu’il faut rendre aux familles palestiniennes les maisons qui leur appartenaient et dont elles ont été chassées en 1948.

La famille de Nora occupe cette maison avec bail depuis 1953, et l’organisation de colons réclame son expulsion en prétendant que la famille l’a abandonnée pendant plusieurs années par le passé, ce que dément la famille.

Lors d’une première audience, les colons avaient "généreusement" proposé au tribunal de mettre la famille dans le sous-sol de 20 m2, alors que des colons occuperaient le reste de la maison.

Ce même sous-sol a été finalement attribué dès maintenant aux colons, qui pourront ainsi pourrir à souhait la vie du couple palestinien pendant les 10 ans de sursis qui leur sont accordés dans la maison.

Il y a désormais 300.000 colons israéliens qui vivent à Jérusalem Est, et leur nombre ne cesse d’augmenter, en toute illégalité selon la 4ème Convention de Genève.


Shifa al-Shaludi Ubeido, 37 ans, mère de 4 enfants et originaire d’Hébron, vient d’être condamnée à 7 mois de prison pour être retournée à Jérusalem Est, alors qu’elle y avait vécu pendant 18 ans avec son mari, dans le cadre du "regroupement familial".

Mais après son divorce, ce statut a été révoqué, et l’ordre lui a été intimé de quitter Silwan où elle résidait. Et comme elle n’obtempérait pas, elle a d’abord fait 40 jours de prison, avant d’être condamnée lundi à 7 mois de prison ferme, plus 5 mois avec sursis.

Shifa a 3 fils et une fille de 9 ans, Sidra, pour les quels elle s’inquiète : "Ma vie est à Jérusalem, mes enfants étudient à Jérusalem. je ne sais pas comment je vais vivre"

La loi sur le regroupement familial qui permettait à des Palestiniens de Cisjordanie ou de Gaza qui épousaient un Israélien d’origine palestinienne ou un Palestinien "résident" de Jérusalem Est, de venir vivre avec eux, a été modifiée en 2003 par un amendement qui supprime le caractère "automatique" de cette loi.

Et ce sont donc les 20 % de la population israélienne ainsi concernés qui sont affectés par ce régime d’apartheid.

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine à partir de Maan News Agency)

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8430