Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
9 janvier 2017

Les sales manœuvres d’Israël piégées par les journalistes d’al-Jazeera (vidéo)

La chaîne de télévision qatarie al-Jazeera a mis l’ambassade d’Israël à Londres en mauvaise posture, après avoir enregistré un de ses diplomates en caméra cachée.

Al-Jazeera s’apprête à publier le 15 janvier le premier volet d’une longue enquête sur le lobby israélien et ses méthodes peu ragoûtantes.

Mais un premier extrait a été publié dès ce week-end, dont l’hebdomadaire britannique a eu la primeur.

Le personnage principal en est le diplomate Shai Masot, lequel tout sourire et un verre de vin à la main, annonce son intention de « dégommer » un ministre britannique, Alan Duncan, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, et qui a prononcé récemment des critiques sévères de la colonisation des territoires palestiniens.

style='float:left; width:745px;'>
Pas la peine de s’en prendre au ministre des Affaires Etrangères lui-même, Boris Johnson, car à en croire Masot, Johnson n’est qu’un « idiot », dépourvu de toutes responsabilités dans le cabinet conservateur actuel.

La scène montre aussi Masot déclarer à la députée Joan Ryan, présidente des Travaillistes Amis d’Israël, qu’il dispose d’un budget supérieur au million de Livres pour chouchouter les parlementaires britanniques, en clair pour les corrompre.

Assise à la table se trouve également une certaine Maria Strizzolo, collaboratrice de l’ancien patron des Conservateurs Amis d’Israël, Robert Halfon, et qui a suivi ce dernier comme assistante au ministère de l’Education où Halfon, un dur du lobbyisme en faveur d’Israël, officie actuellement.

Strizzolo y raconte l’art et la manière de faire pression sur les parlementaires (« c’est toujours plus facile de leur rédiger des communiqués prêts à lire, comme cela ils ne peuvent pas vous répondre qu’ils n’ont pas le temps de se plonger dans le dossier »), et elle propose à Masot d’ajouter une autre cible à abattre (« tous les députés ont toujours un petit quelque chose à cacher ») en la personne du président de la commission des Affaires étrangères à la Chambre des Communes, Crispin Blunt, coupable lui aussi de ne pas être assez aligné sur Israël. « On le met sur la prochaine hit-list ? », demande-t-elle à un Masot tout souriant.

Officiellement décrit comme « conseiller politique » à l’ambassade depuis 2014, Masot ne fait pourtant pas partie du personnel diplomatique israélien accrédité auprès du gouvernement britannique, et il est fort propable qu’il fasse partie d’un appareil spécial, formé par le ministère israélien des « Affaires stratégiques », pour combattre la campagne BDS de par le monde et tenter de faire taire toute critique des agissements d’Israël.

Masot, qui a servi des années au sein du COGAT, l’organisme de l’armée israélienne chargé de pourrir la vie des millions de Palestiniens sous la botte de l’occupation, fait encore état, au cours de cette soirée à « L’Aubaine », de son désir de postuler à la tête du service de renseignement du ministère des Affaires étrangères (ministère actuellement exercé par le Premier ministre en personne, Benjamin Netanyahou !)

Les révélations d’al-Jazeera relayées par le Mail on Sunday ont créé pas mal de remous outre-Manche. La lobbyiste Maria Strizzolo a commencé par minimiser l’affaire, parlant de simples « papotages autour d’un verre », mais elle a rapidement été contrainte de démissionner de son poste auprès d’Halfon.

Quant à l’ambassadeur israélien à Londres, Marc Regev, il a dû présenter des excuses publiques au gouvernement britannique, et a annoncé dans la foulée le renvoi immédiat de Masot à la maison.

Les dirigeants d’Israël ne cessent de se plaindre que la campagne citoyenne BDS a pour objectif de « délégitimer » leur pays. Mais on voit qu’ils y arrivent très bien tout seuls. On attend avec intérêt la sortie de l’enquête complète d’al-Jazeera.

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8180