Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
18 janvier 2017

A Gaza, la crise d’un hiver sans électricité, à cause d’Israel et de ses complices

Alors qu’Israel prétend n’avoir aucun contrôle sur la bande de Gaza depuis le départ de ses colons en 2005, l’occupation est totalement responsable de la situation dramatique qui sévit à Gaza, en empêchant la reconstruction des maisons, écoles et hôpitaux détruits par ses bombardements, une nouvelle fois en 2014, et en privant d’électricité 2 millions d’hommes, de femmes et d’enfants,. Et les dirigeants israéliens se frottent les mains en voyant le Hamas et l’Autorité Palestinienne se rejeter



Une femme de Khan Younes obligée de cuire son pain sous une tente, fin décembre. Photo : IBRAHEEM ABU MUSTAFA/REUTERS

"En plein hiver la population de Gaza ne dispose que de quelques heures d’électricité par jour, (3 seulement, pendant la 1ère semaine de janvier !), n’a pas accès à de l’eau potable, et ’e peut faire fonctionner les machines à épurer ses eaux d’égoût. 100 millions de litres d’eau sale s’écoule chaque jour dans la mer de Gaza, en raison des coupure d’électricité et du fait que les pièces détachées et les nouvelles pompes nécessaires à l’épuration ne rentrent pas dans la bande de Gaza. Les maladies infectieuses se répandent. Les résidus des munitions israéliennes toujours massivement présentes altèrent l’environnement et la santé des Gazaouis ; des milliers de personnes malades, dont des centaines de cancéreux, sont dans l’incapacité de bénéficier de soins en raison du blocus40 % de la population est au chômage en raison du blocus, et des centaines de milliers de jeunes qui n’ont jamais pu sortir de cette enclave, ne connaissent aucune autre réalité", accuse le quotidien israélien Haaretz dans un récent éditorial. (http://www.haaretz.com/opinion/editorial/1.764055)

De nombreuses familles vivent sous des tentes ou dans des abris précaires parce qu’Israel ne laisse pas entrer les matériaux de construction et que pas plus l’ONU que les gouvernements qui avaient promis leur aide après les destructions monstres de l’été 2014 n’ont tenu parole, tout en répétant à l’envi que Gaza deviendra totalement inhabitable en 2020.

"C’est Israel qui détient la clé de cette situation et il faut qu’il arrête de jouer avec la vie des gens de manière sadique", estime Haaretz en estimant qu’il est criminel de continuer à bloquer Gaza de la sorte, de laisser ses nappes aquifères se polluer et de ne pas l’alimenter en essence.

Des manifestations ont eu lieu ces derniers jours à Gaza, la population demandant notamment à l’Autorité Palestinienne de ne pas exiger le paiement de la totalité des taxes pour l’essence envoyée à la seule centrale électrique de Gaza, de d’aider à améliorer le réseau d’électricité et à s’appuyer davantage sur le gaz naturel.


De son côté Mahmoud Abbbas a accusé le Hamas de "mauvaise gestion" de la compagnie d’électricité et déclaré qu’il ne ferait "aucun effort tant que la population de Gaza n’aurait pas pris la mesure de la responsabilité de ses dirigeants". Le premier ministre de l’AP, Rami Hamdallah a pour sa part déclaré ce lundi que "seule la prise en charge totale par l’AP de l’ensemble des responsabilités dans la bande de gaza, pourra résoudre la crise".

Ce à quoi le Hamas a répondu en accusant l’AP d’entretenir cette crise de l’électricité à Gaza, pour mieux monter la population contre le Hamas, soulignant notamment que l’AP récolte 100 millions de dollars par mois sur le diesel et autres services de base fournis à la bande de Gaza.

Avec le froid de l’hiver, la consommation d’électricité des habitants augmente et le Hamas, bloqué tant du côté israélien qu’égyptien, se voit contraint de réduire à quelques heures par jour l’alimentation des de la population.

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8510