Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
22 février 2017

Israël Etat voleur : démonstration

Voler l’argent alloué par un tribunal israélien à une veuve palestinienne : c’est la dernière prouesse en date de l’Etat d’apartheid, rapportée dans le détail par le quotidien Haaretz.

L’affaire concerne Raba’a Ali Satal, jeune femme originaire de Qalqilyah, en Cisjordanie occupée.

En 2010, Raba’a épouse Anouar Satal, un Palestinien Israélien de Jaffa.

Trois ans plus tard, ce dernier décède dans un accident de la route dans le nord d’Israël.



(Rabaa et Anouar, peu après leur mariage)

Mais Raba’a se voit contrainte d’assigner la compagnie d’assurance de son mari pour obtenir réparation.

Le tribunal israélien de Kfar Sava fait droit à sa demande, et ordonne à la compagnie d’assurance de lui verser 595.000 shekels (environ 150.000 €) de dédommagements.

C’est alors que l’Etat, à travers l’une des agences monstrueuses qu’il a créée il y a 70 ans, intervient.

L’agence en question s’appelle « Le Gardien des biens des absents ».

Les « absents », en hébreu kafkaïen, sont ces centaines de milliers de Palestiniens victimes du nettoyage ethnique de 1948 (la « Nakba »), dont les autorités israéliennes interdirent le retour après la proclamation de leur Etat, et dont elles confisquèrent alors tous les biens au motif que leurs propriétaires étaient « absents ».

Etant donné qu’Israël aime parfois donner un caractère légal à ses extorsions mafieuses, une loi avait été votée. Elle s’appelle tout simplement « La loi des absents ».

Née en 1986, qui plus est dans cette Cisjordanie occupée depuis 1967, Raba’a ne peut en aucun cas être considérée comme « absente », puisqu’elle n’est pas née en Israël et n’a donc pas quitté ce pays.

Qu’importe ! Pour le « Gardien des biens des absents », tout pognon palestinien est bon à prendre. Et puisqu’il n’y a pas de petits profits, « Le Gardien » s’est également adjugé les 10.000 shekels (2.500 €) de dommages et intérêts que le tribunal avait ordonné au chauffeur responsable de l’accident de payer à la jeune veuve.

Dans un éditorial condamnant cette rapine, le quotidien Haaretz fait ironiquement remarquer qu’à ce compte, la « Loi des absents » commande de confisquer, bien plus que ceux de Raba’a, tous les actifs de ces milliers de juifs israéliens qui ont emménagé dans les colonies de « Judée et Samarie ».

http://www.haaretz.com/opinion/editorial/1.772909

http://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.772530

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8110