Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
11 mars 2017

BDS : Des universitaires juifs américains montent au créneau contre la nouvelle loi israélienne

Une centaine d’universitaires juifs américains annoncent qu’ils ne se rendront plus en Israël, en raison de la loi interdisant l’entrée à toutes les personnes approuvant la campagne de boycott (BDS) contre Israël.



Vote en faveur de BDS sur un campus nord-américain

Pourtant parmi ces universitaires juifs américains, spécialiste de l’histoire juive, qui plus est, tous ne sont pas des supporters de la campagne BDS. Certains la critiquaient, et beaucoup n’appelaient qu’au boycott des produits des colonies. Mais comme Israël ne fait pas la distinction, et s’attaque à la liberté d’expression et de critique, ils réagissent ainsi dans une pétition que s’est procurée le journal Haaretz.

"Cette mesure anti-démocratique va avoir un effet boomerang et va amener encore plus de gens à soutenir la campagne BDS", préviennent-ils.

“Je me rends en Israël chaque année, et je comptais en faire autant cet été, mais j’ai changé d’avis", a déclaré le Pr David Biale, Professeur d’histoire juive à l’ Université de Californie.

“Je peux vous dire que je reçois beaucoup de courriers de la part de personnes qui avaient un point de vue critique sur la politique israélienne mais aussi sur BDS, et qui me disent maintenant : Si c’est comme cela, autant rejoindre la campagne BDS", indique pour sa part Michael Walzer, co-editeur du magazine "Dissent" et professeur à l’Institute for Advanced Study, et qui ne ménageait pas ses critiques de BDS jusqu’ici.

Lui-même ne sait pas s’il se rendra en Israël cet été, alors qu’il a enseigné à l’Université Hébraïque de Jérusalem et rendait souvent visite à ses amis et collègues dans ce pays.

“Je ne sais même pas si je peux encore rentrer en Israël avec cette nouvelle loi, vu que j’ai signé une pétition pour le boycott des produits des colonies !", fait-il remarquer.

"Je ne connais aucun autre pays démocratique où on refuse l’entrée à des visiteurs étrangers, en raison de leurs opinions politiques. Et bientôt, ajoute-t-il, je crains que ce soient les opposants israéliens qui soient à leur tour réprimés".

“Cette loi ne fait que rendre les gens furieux : vouloir empêcher les gens de communiquer, ou bloquer leurs idées à l’heure d’internet, c’est ridicule et contre-productif ; et cela pourrait bien m’amener à considérer que BDS est la seule solution, moi qui étais opposée au boycott universitaire", explique pour sa part le professor Hasia R Diner, directeur du centre Goldstein-Goren pour les études sur l’histoire juive américaine à l’université de New York.

“Si on m’empêche d’entrer en Israël, très bien, je n’irai pas, je ne participerai pas à leurs conférences universitaires, je n’utiliserai pas les archives israéliennes et ne rencontrerai pas mes collègues israéliens. Mais qui va en souffrir le plus ?", conclut-elle

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : http://www.haaretz.com/us-news/.premium-1.776373

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8100