Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
7 mai 2017

Israël : une loi raciste pour enlever son caractère officiel à la langue arabe

Le gouvernement israélien a adopté dimanche une nouvelle loi raciste, supprimant l’arabe en tant que langue officielle du pays, ce qu’il était aux côtés de l’hébreu depuis la création de l’Etat en 1948.



(panneau de signalisation en Israël : hébreu, anglais, ... et pas arabe)

L’Arabe est pourtant la langue maternelle de plus de 20% de la population, et, en 1948, tout en s’efforçant de chasser de leur terre le plus grand nombre possible des habitants non juifs de la Palestine, les dirigeants sionistes avaient affirmé que le pays serait quand même « celui de tous ses citoyens ».

En pratique, la langue arabe n’a jamais eu véritablement droit de cité comme langue officielle : considéré comme « le parler indigène » par le gouvernement colonial, qu’un Israélien juif respectable, sauf nécessité, ne saurait utiliser. Et si les députés palestiniens ont le droit de s’adresser en arabe à leurs collègues au Parlement, ils ne le font quasiment jamais : rares sont les députés juifs qui se sont donné la peine d’apprendre la deuxième langue de leur pays. Les « années Oslo » (grosso modo, la dernière décennie du XXème siècle) avaient vu un rééquilibrage partiel, avec de premiers enseignements en langue arabe au niveau universitaire, ou bien la création d’une Académie d’étude de la langue arabe, mais le mouvement a fait long feu.

De toutes façons, « on a assez traîné comme ça », a commenté le promoteur de cette nouvelle loi provocatrice, le député du Likoud Yariv Levin, un homme qui a cependant appris un peu l’arabe … de façon à pouvoir interroger les détenus pendant son service militaire !

Le projet de loi, destiné, une fois adopté, à être incrusté dans la « Loi fondamentale » (l’Etat d’Israël, d’essence divine, ne saurait avoir de constitution), est un texte affirmant que « le droit à l’autodétermination dans l’Etat d’Israël est un droit n’appartenant qu’au peu peuple juif ».

Dans ces conditions, une seule langue, l’hébreu, est maintenue en tant que langue officielle, l’arabe se voyant concéder un « statut spécial », pas autrement précisé.

Par rapport à des projets antérieurs, non aboutis, le nouveau texte, s’il martèle le caractère obligatoirement « juif » de l’Etat, ne s’embarrasse plus à définir ce dernier en tant qu’Etat « juif et démocratique ». Tout un programme, en effet.

Source : Haaretz http://www.haaretz.com/israel-news/1.787689

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8630