Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
22 mai 2017

Cisjordanie : grève générale en soutien aux prisonniers grévistes de la faim (photos)

La Cisjordanie était entièrement paralysée ce lundi par une grève générale, la première du genre depuis l’intifada de 1987-83, rapporte l’agence Ma’an.



Tandis que les commerçants avaient abaissé leur rideau de fer un peu partout, de Ramallah à Naplouse et de Jérusalem-Est à Hébron (al-Khalil), des jeunes installaient des barrages de pneus et de terre à l’entrée des plus grandes villes.

C’est le cas notamment à l’entrée de Ramallah, la « capitale » de l’Autorité Palestinienne, où des fonctionnaires se rendant au travail ont quand même dû rebrousser chemin. Idem pour des diplomates habitant à l’extérieur de la ville, ainsi que pour les fonctionnaires d’institutions internationales.


Au cours des manifestations de solidarité avec les grévistes, l’armée israélienne a utilisé sa brutalité habituelle, et au moins 13 personnes ont été blessées, dont plusieurs sérieusement, par des tirs à balles réelles. Un adolescent de 16 ans de Bethléem était dans le même temps abattu à un check-point, accusé d’être porteur d’un couteau selon la version israélienne.

ARRESTATIONS PAR ISRAEL… ET L’AUTORITE PALESTINIENNE


(Eteraf Rimawi, directeur du centre Bisan, qui a déjà passé plus de 2 ans en rétention administrative, vient à nouveau d’être arrêté par les Israéliens...)


(... de même qu’Abdul-Razeq Farraj, de l’Union des Agriculteurs UAWC, qui a déjà passé 12 ans les prisons israéliennes)

L’association de défense des prisonniers Addameer dénonce, dans un communiqué, l’augmentation des arrestations de militants par la police de l’Autorité Palestinienne depuis le début de la grève de la faim. Elle relate notamment le cas d’étudiants arrêtés par les pandores de Mahmoud Abbas, et longuement interrogés sur leurs activités de solidarité avec les prisonniers, que ce soit sur le terrain ou sur les réseaux sociaux.

35EME JOUR DE GREVE


Au 35ème jour de grève, le nombre de détenus grévistes dont l’état est à présent sérieusement détérioré est en nette hausse, avec une multiplication des symptômes associés à leur dénutrition.

Quelques uns ont été transférés dans un établissement sanitaire israélien, l’hôpital Barzilai , mais un nombre bien plus important ont été transférés des les « hôpitaux de campagne », autrement dit des annexes des prisons où ils ne reçoivent aucuns soins mais sont menacés d’alimentation forcée, selon les informations, forcément parcellaires, qu’a pu recueillir le Comité de soutien aux grévistes.

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8700