Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
19 juin 2017

L’actrice de Wonder Woman, propagandiste de l’armée israélienne, persona non grata dans des pays arabes

Le film “Wonder Woman”, sorti début juin, suscite la polémique dans le monde arabe, en raison du soutien affiché de son actrice Gal Gadot à l’armée israélienne, rapportent les agences de presse. Rien d’étonnant !





"La polémique autour de la super-héroïne créée en 1941 avait déjà pris une nouvelle dimension en octobre, quand plus de 1 000 employés de l’ONU ont signé une pétition pour protester contre le choix du personnage comme figure de proue de la campagne des Nations unies, en faveur de l’émancipation des femmes, au motif que son image était "trop sexualisée" pour le job.

En Afrique du Nord, comme au Moyen-Orient, le rejet de "Wonder Woman", sorti en salles le 7 juin. Erreur. tient au fait que Gal Gadot, l’actrice qui tient le rôle principal dans le film, est israélienne et a soutenu les bombardements de populations civiles à Gaza en 2014.

Le film a d’abord été interdit au Liban. C’est le groupe "Campaign to boycott supporters of Israel in Lebanon" qui y a orchestré les pressions sur les réseaux sociaux pour bannir le film. "Avant toute chose, Gal Gadot est israélienne. Nous ne faisons pas de distinction entre un bon Israélien et un mauvais Israélien", a expliqué Rania Masri, membre du groupe, à Associated Press. L’activiste a indiqué que ce groupe cherchait à décourager toute tentative de normalisation des relations entre le Liban et Israël, officiellement en guerre.

"Wonder Woman" a ensuite été retiré du festival Nuits du Cinéma à Alger. En Tunisie, la première du film a été interrompue, après que le laïc et nationaliste "Mouvement du peuple" et l’association des jeunes avocats tunisiens ont entamé une action en justice pour tenter d’interdire le film.

La Jordanie a envisagé de l’interdire avant de reculer en raison de l’absence de précédent juridique sur la question. Ce qui n’a pas empêché un cinéma populaire de la capitale Amman de présenter ses excuses pour avoir projeté le film, puis d’annuler les autres séances.

Davantage que sa présence dans "Wonder Woman", ce sont les prises de position publiques de Gal Gadot qui ont hérissé. En particulier son soutien à l’armée israélienne lors de son intervention à Gaza en 2014. "

"Le fait que l’ex- Miss Israël ait servi pendant deux ans au sein des Forces de défense israéliennes, n’a fait que ternir davantage son image", commentent certains sites. Ce qui est un euphémisme car Gal Gadot, n’a pas seulement accepté de faire son service dans une armée d’occupation. Elle se plait à revendiquer son statut de soldate, a pris part à des séances photo sur le thème : "Les femmes de l’armée israélienne".








CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8300