Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
26 juin 2017

Journée internationale contre la torture : Quand la France va-t-elle cesser d’accueillir les tortionnaires israéliens ?

Le 26 juin est la journée internationale de lutte contre la torture, mais la France qui a signé la Convention internationale contre la torture, déroule régulièrement le tapis rouge à des tortionnaires israéliens !



"Torture testée en israel"

Il n’est pas une journée sans que des hommes, des femmes ou des enfants palestiniens soient torturés dans les centres d’interrogatoire et les prisons d’Israel, mais aussi dans leur vie quotidienne.

Les rapports d’associations, y compris israéliennes, de juristes internationaux, d’ONG comme l’UNICEF ou l’ACAT, se suivent et se ressemblent sur leur caractère systématique et sur leur variété : coups, privation de sommeil, de WC, de douches, de vêtements propres, positions douloureuses, viols et menaces de viol, séances d’interrogatoire qui peuvent durer jusqu’à 75 jours pour les Palestiniens (règles qui n’existent pas pour les juifs arrêtés ou détenus), confinement solitaire pendant des semaines, des mois, voire des années, cellules insalubres, glaciales ou étouffantes, fouilles à nu la nuit, non traitement des malades, privation de visites, et d’études, ... mais aussi démolitions des maisons familiales, arrestations avec des chiens d’attaque, non restitution des corps des victimes palestiniennes. L’imagination de l’occupant israélien est fertile quand il s’agit de torturer toute une population.



Qu’ils soient accusés de militer dans un parti politique ou un comité populaire, d’être avocat, journaliste, ou clown (le clown Mohamed Abu Sakha vient de voir sa détention a"administrative" prolongée), d’avoir lancé des pierres contre les jeeps qui occupent leurs villes, leurs villages et leurs de réfugiés, d’avoir publié sur internet, des propos contre l’occupation, d’avoir commis des actes de résistance contre l’occupant, ou encore sans la moindre accusation, inculpation, ni procès, comme les quelques 700 détenus "administratifs", la torture physique et psychologique sont une spécialité israélienne.

Des dizaines de prisonniers palestiniens en sont morts dans les prisons israéliennes sans qu’on en parle : 73 de manière documentée par Addameer, depuis 1967.



Pour Arafat Jaradat, roué de coups en détention, qui est mort d’un syndrome des détresse respiratoire aigue le 23 février 2013, Israel n’a pu étouffer l’affaire. Mais aucun gouvernement, aucune institution internationale n’a pour autant demandé des comptes à Israël.

Le simple fait de vivre à Gaza est un motif de tortures telles que la privation d’eau potable, d’électricité, de médicaments, de traitements...

En ce 26 juin 2017, vingt-cing juristes internationaux, parmi lesquels les Pr. Richard Falk, John Dugard, Laurens Jan Brinkhorst,Tom Moerenhout et Michel Waelbroeck, viennent de publier un document montrant que toutes les instances européennes qui s’engagent dans des collaborations avec Israël, sont dans l’illégalité et violent le droit international, dans la mesure où Israel pratique la torture.

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8640