Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
26 juin 2017

Des artistes demandent le retrait de leurs oeuvres prêtées, sans leur consentement à Israël

Des artistes demandent le retrait de leurs oeuvres prêtées, sans leur consentement, à la Biennale Méditerranéenne de Sakhnin, en Israël, qui doit s’ouvrir ce 29 juin.


"NOUS N’AVONS PAS ACCEPTÉ de participer à cet événement". C’est en lettres capitales, comme pour exprimer leur colère, que trois artistes ont tenu à remettre les pendules à l’heure. Dans une mise au point signée par l’artiste française d’origine algérienne Zineb Sedira, et les artistes franco-marocaines Yto Barrada et Bouchra Khalili, les trois plasticiennes nient avoir accepté de participer à la Biennale Méditerranéenne de Sakhnin, en Israël.

Publié ce 24 juin et largement partagé sur les réseaux sociaux par de nombreux acteurs culturels, le texte indique que les artistes ont demandé à ce que leurs oeuvres soient retirées de la Biennale.

Israël, a récemment annoncé à travers la newsletter à grande diffusion e-flux la participation d’Yto Barrada, Bouchra Khalili, Zineb Sedira à cette Biennale, lors de sa prochaine édition.

"C’est un mensonge, et une tentative de nous co-opter. NOUS N’AVONS PAS ACCEPTÉ de participer à cet événement", atteste le texte.

Les artistes précisent dans leur tribune que leurs oeuvres d’art ont été prêtées sans leur consentement par le Frac PACA (Fonds Régional d’Art Contemporain Provence-Alpes-Côte-d’Azur, à Marseille), sur une "demande du commissaire de la Biennale".

"Dès que nous avons appris cette tentative de co-optation, nous avons formellement demandé à ce que la Bienale retire immédiatement nos oeuvres, et rectifie toutes sa communication en précisant le retrait de notre participation".

Yto Barrada, Bouchra Khalili et Zineb Sedira, qui soulignent être "entièrement solidaires de (leurs) collègues palestiniens et du peuple palestinien", ajoutent avoir immédiatement protesté auprès du Frac PACA pour exprimer leur "profonde colère après le prêt de ces oeuvres d’art sans le consentement préalable des artistes" et exiger de la structure régionale culturelle française une déclaration publique pour clarifier la position des artistes. À l’heure où nous mettons en ligne, le Frac PACA ne s’y est pas encore soumis, mais son directeur, Pascal Neveux, a transmis une demande à la Biennale pour "retrait immédiat" des oeuvres, précisent les trois artistes en colère.

Source : http://www.huffpostmaghreb.com/2017/06/24/story_n_17282442.html

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1210