Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
6 juillet 2017

Le directeur artistique du Festival d’Acre démissionne après la censure d’une des pièces programmées

Miri Regev, ancien brigadier-général chargée de la censure à l’armée avant d’être nommée ministre de la culture, s’est distinguée par la suppression de toute subvention au théâtre de Haïfa parce qu’il produit des pièces en arabe, ainsi qu’à tous les artistes qui refusent de se produire dans les colonies. Cette semaine, elle vient de disqualifier une pièce présentée au festival d’Acre qui traite des prisonniers palestiniens. Mais Macron n’est pas à cela près. L’absence de liberté d’expression, en Israël, ne le gêne pas davantage que la colonisation, l’occupation, la démolition des maisons palestiniennes, le ghetto de Gaza ou la torture des enfants palestiniens. Il invite le criminel Netanyahou a venir se pavaner en France comme l’avait fait Hollande au moment de la grande manifestation parisienne sur "la liberté d’expression", après l’attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo. Certains Israéliens ont plus de principes que nos dirigeants !


Avi Gibson Bar El, le directeur artistique du Festival d’Acre, a donné sa démission dimanche parce qu’une pièce "les prisonniers de l’occupation", jouée par des comédiens israéliens, a été écartée du Festival par le comité de censure.

A sa suite, Yosef Abu-Varda, un membre du comité d’organisation artistique a également démissionné. Puis 6 des 8 groupes qui devaient se produire ont annoncé qu’ils se retireraient du festival si la pièce de Weitzman sur les prisonniers n’était pas autorisée.

Ils ont confié à Haaretz qu’ils comptaient aller se produire ailleurs et que "la ville d’Acre n’a qu’à se payer un festival Miri Regev" —celle qui parles des immigrants africains comme d’un cancer, et s’excuse ensuite auprès... des malades du cancer.



Yehoshua Sobol, scenariste et directeur, qui devait présenter sa pièce “Shkulim” à ce festival, a fait savoir que la pièce de Weitzman avait été "disqualifiée sans que le comité de censure l’ait lue, ni même regardé son synopsis, mais s’est contenté de son titre pour l’interdire".



Manif "Charlie". Macron même hyprocrisie. "La colonisation de l’Algérie est un crime contre l’humanité", mais je déroule le tapis rouge au chef du gouvernement colonial israélien !

Source : Haaretz

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8430