Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
30 août 2017

En israel : club et piscine interdits aux Arabes

L’apartheid , ce mot que conteste Israel, existe bel et bien dans tous les domaines de la vie en Israel, où les citoyens israéliens non juifs, qui représentent 25 % de la population, sont discriminés et séparés. Nouvel exemple rapporté par Haaretz.


Le quotidien israélien fait état de la décision de la municipalité de Hochav Yair Tzur dans la région centre d’Israel, dont le club et sa piscine refusent l’entrée aux Arabes citoyens d’Israel.

"L’apartheid existe déjà structurellement dans les faits, souligne Haaretz dans un éditorial, tant au niveau du logement (villes séparées), de l’emploi que de l’éducation. Mais les motivations énoncées par le club Lev Hamakom pour refuser les Arabes, montrent bien le racisme décomplexé qui règne en Israel :

  • "Les résidents Juifs trouvent désagréable de se retrouver dans la piscine avec des Arabes"
  • "Si quelqu’un a envie de nager en compagnie d’Arabes, il n’a qu’à l’inviter chez lui".
  • "Ce ne sont pas les tarifs d’accès au club qui rebutent les clients, mais les Arabes. Que nous soyons racistes ou pas, na pas d’importance. Le fait est que des résidents quittent notre communauté à cause de la présence d’enfants arabes. Et on ne voit pas pourquoi il nous serait interdit d’exprimer notre opinion à ce sujet"

Et pour ne pas contrevenir à la loi "cache-sex" qui interdit les discriminations, la ville, comme le club, emploient la méthode devenue usuelle : ils décrètent que l’accès est réservé aux résidents, mais laissent en fait entrer tous les Juifs, même s’ils ne sont pas résidents.

D’ailleurs le parlement israélien a adopté un amendement à la loi anti-discrimination concernant la vente de biens et de services, selon lequel "il est permis de discriminer entre résidents et non résidents pour le bien des résidents", ce qui simplifie les choses pour les municipalités !

Haaretz souligne à ce propos l’exemple du village bédouin de Umm al-Hiran, situé en Israel et détruit en janvier dernier pour faire place à la ville juive de "Hiran". Amenée à statuer sur ce sujet en raison des plaintes déposées par les habitants, la Cour Suprême a statué que cela ne posait pas de problème "parce que les habitants bédouins pourraient venir habiter dans la ville juive une fois qu’elle serait construite".

Mais depuis ce jugement, il a été spécifié que seuls les habitants qui croyaient en la Torah pouvaient venir y habiter (sic) !



Habitants de Umm al-Hiran regardant la destruction de leur ville.

Voilà ce que "sionisme" signifie. Et tous ceux qui n’approuvent pas sont des antisémites !
C’est Macron qui l’a dit !!

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : Haaretz

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8520