Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
17 octobre 2017

"Brigade Juive" : Procès du piratage de nos données personnelles ce lundi à Paris

Me Salomon et son client Jonathan Bouaziz, qui comparaissait lundi devant la 12ème chambre correctionnelle, n’ont rien trouvé de mieux pour se défendre de l’accusation d’avoir volé, en avril 2016, l’ensemble des mails d’Olivia Zémor et de Nicolas Shahshahani, présidente et vice-président de CAPJPO-EuroPalestine, que de présenter au tribunal un document truqué !

On se rappelle que les officines israéliennes et la "brigade Juive" (alias la LDJ) s’étaient félicitées publiquement du vol, puis de l’exploitation, y compris en les falsifiant, de nos données personnelles, professionnelles et militantes.

La "brigade Juive" qui avait promis de nous "traquer" partout, de nous réduire au silence et de "scalper" des centaines de militants et sympathisants de la cause palestinienne (dont une centaine ont porté plainte), grâce au détournement de nos messageries, avait ensuite calomnié notre association en fabriquant des documents destinés à nous déconsidérer et à nous nuire.

Parmi ceux-là, un photomontage représentant Nicolas Shahshahani et Olivia Zémor brandissant une pancarte sur laquelle on pouvait lire "Rothschild for the money", a été présenté au procès qui s’est déroulé lundi 16 octobre, comme "Pièce N° 1" par Nicolas Salomon, avocat de celui accusé d’être l’auteur du vol, par la branche de la police judiciaire spécialisée dans la délinquance informatique, qui a menée une enquête détaillée.


Or, il saute aux yeux que cette image a été fabriquée à partir d’une manifestation devant le tribunal administratif de Montreuil où nous défendions le droit pour la municipalité de Stains de soutenir Marwan Barghouti.

Et comme on peut le voir sur les vraies photos de la manifestation, publiées par Le Parisien, l’Humanité, d’autres et médias, tout comme notre site, cette pancarte n’a jamais existé, et la seule qu’Olivia Zémor ait tenue est celle de Marwan Barghouti et de Mandela :



article du 21 mars 2016 : http://www.europalestine.com/spip.php?article11690



Le Parisien : http://www.leparisien.fr/stains-93240/stains-le-maire-de-nouveau-au-tribunal-mardi-pour-sa-banderole-12-06-2016-5877181.php



L’humanité : https://img.humanite.fr/sites/default/files/images/42803.HR.jpg



http://s1.lprs1.fr/images/2016/03/21/5647063_dc97bf2e-ef7b-11e5-a1a2-e8bd1f52ba25-1.jpg

Les gens un peu expérimentés verront d’ailleurs les retouches assez grossières sur la photo fabriquée, où on distingue nettement une différence entre la zone retouchée et le reste de la photo. (Sur les photos non retouchées les niveaux de noir et de blanc sont notamment homogènes sur l’ensemble de la photo. La pancarte ajoutée est totalement "pixélisée", contrairement à la netteté du panneau en arrière plan, l’angle en haut à droite du panneau blanc n’est pas raccord avec l’original ; etc ...).

Mais Me Nicolas Salomon, défenseur régulier des officines israéliennes, n’ayant apparemment rien à se mettre sous la dent, a longuement insisté sur "l’authenticité" de cette pièce, se tirant par là même une balle dans le pied, car son client avait prétendu n’avoir aucune prévention contre nous. Il a ce faisant pris les juges pour des idiots, alors que ces derniers ont montré pendant tout le procès une maîtrise étonnante des technologies informatiques qui permettent de cacher, maquiller, dérober des informations.

Quel rapport direz-vous avec l’accusation portée contre son client d’avoir volé nos données personnelles et permis leur exploitation à des fins scélérates, avec l’aide de ses amis basés en Israël ?

Aucun, bien entendu, mais il fallait à tout prix prétendre que les victimes (les responsables de l’association CAPJPO-EuroPalestine) étaient des antisémites, tout comme la police judiciaire spécialisée dans la délinquance informatique qui a mené l’enquête, sans parler d’une partie du tribunal qui a été traitée de partisane, et que l’avocat a tenté d’intimider à plusieurs reprises.

Toujours est-il que la procureure a demandé 6 mois de prison avec sursis contre l’accusé, en expliquant en détail le sérieux de l’enquête menée par les spécialistes de la police judiciaire et l’inanité des dénégations de l’accusé, qui après des aveux initiaux, s’est enferré dans une série de déclarations contradictoires.

Le jugement sera rendu lundi prochain 23 octobre.

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8630