Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
19 octobre 2017

En Israël, on honore les violeurs, mais certains commencent à protester...

Fronde dans quelques écoles de Tel Aviv où des proviseurs et des parents d’élèves refusent cette année de célébrer la mémoire de l’ancien ministre du tourisme assassiné en 2001, Rehavam Ze’evi, connu pour des actes de viol, de terrorisme, et d’appel au "transfert des Arabes", rapporte le journal Haaretz.



Les fascistes Zeevi et Liebermann

Chaque 19 octobre depuis 2010, le gouvernement israélien exige de toutes les écoles du pays une célébration à la mémoire de cet ancien général de l’armée, puis ministre du tourisme, et député du parti d’extrême-droite Moledet qu’il fonda en 1988.

Mais cette année, des proviseurs et des parents d’élèves ont refusé, appelant au boycott des commémorations de ce sinistre individu, connu notamment pour son incitation à la haine raciale, son harcèlement sexuel des femmes, et de viol dans deux cas au moins.

Parmi ses actes de terrorisme qui sont rappelés ce jeudi, la manière dont il avait collé un révolver sur la tempe d’un reporter, placé une bombe devant le domicile d’un journaliste et dont il avait froidement tiré sur deux Bédouins, dont un n’a pas survécu.

Il fut assassiné dans un hotel de Jérusalem en 2001 par les membres du Front Populaire de Liberation de la Palestine (FPLP), deux mois après l’assassinat de leur leader Abu Ali Mustafa.

Et en 2005, le parlement israélien vota une loi exigeant de "célébrer la mémoire de Rehavam Ze’evi pour que les générations futures s’inspirent de son travail", et le gouvernement israélien alloue plusieurs millions de shekels par an pour sa commémoration dans le pays, un honneur qu’il ne partage qu’avec Theodore Herzl and Ze’ev Jabotinsky....

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : https://www.haaretz.com/israel-news/1.817992

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8630