Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
20 décembre 2017

Les menaces d’un haut fonctionnaire des services de renseignement israéliens contre des citoyens européens

Après qu’un drapeau israélien ait été brûlé lors d’une manifestation à Berlin, le responsable des relations interna­tionales du ministère israélien des services de renseignement a déclaré sur Facebook que les activistes pro-palestiniens allemands doivent désormais « vivre dans la peur ».

Le 15 décembre dernier, le Major Arye Sharuz Shalicar (1) a publié un article sur sa page Facebook personnelle, dans lequel il a partagé un reportage du journal allemand Die Welt sur les forces de sécurité israéliennes, qui ont utilisé des tirs à balles réelles pour réprimer une manifestation à la périphérie de Ramallah,et qui se déguisent en manifestants palestiniens pour infiltrer les manifestations et procéder à des arrestations.

Les manifestations en Palestine, contre la décision de Trump de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem, ont aussi provoqué des manifestations de protestation à travers le monde, y compris en Allemagne.

Et le fonctionnaire israélien a fait passer le message suivant aux protestataires :

PARTAGEZ S’IL VOUS PLAIT ! Le message de cet article est destiné à tous ceux qui, en Allemagne, pensent pouvoir brûler impunément une étoile de David en public. Nous savons qui vous êtes, et où vous êtes, et comment vous amener à la justice. Nous décidons où et quand. Vivez dans la peur !


Ces derniers jours, les médias allemands ont été inondés de rapports et d’analyses sur l’incendie d’un drapeau israélien lors d’une manifestation à Berlin. En réponse, les politiciens des partis centristes, ainsi que le Conseil central des Juifs en Allemagne, ont appelé à sanctionner pénalement le fait de brûler un drapeau, et en particulier un drapeau israélien.

Les articles de presse sont pleins de distorsions, qui présentent les manifestations contre l’occupation israélienne – et dans ce cas contre les provocations de Trump à propos de Jérusalem – comme des manifestations d’antisémitisme. La boucle est ainsi bouclée : les sionistes s’approprient la communauté juive et ses symboles, les mettent au service de l’occu­pation, et s’en servent pour dépeindre les protestations pro-palestinienne comme antisémites.

Or le drapeau bleu et blanc frappé de l’étoile de David n’est pas seulement un symbole juif, c’est avant tout un drapeau national qui est devenu un symbole d’occupation et d’oppres­sion du peuple palestinien. Pourquoi des gens devraient-ils s’abstenir de brûler un symbole de leur propre oppression ? Le fait qu’Israël se refuse à faire la distinction entre symboles religieux, ethniques et ceux de l’État ne doit pas porter atteinte à la liberté de qui que ce soit, en particulier à l’étranger.*

Critiqué notamment sur les réseaux sociaux pour avoir ainsi proféré des menaces non voilées – la présence dans cette publication sur Facebook d’une photo d’un policier israélien travesti en Palestinien 2 et brandissant une arme de poing n’ayant évidemment rien d’innocent – afin de réprimer la liberté d’expression de citoyens européens, le fonctionnaire des services de renseignement israélien s’est défendu comme il a pu, à la manière des authentiques antisémites qui ne manquent jamais d’assurer qu’ils ont “d’excellents amis juifs” (qu’ils seront le cas échéant ravis de voir partir s’établir en Israël, loin d’eux).

L.D. (avec Inna Michaeli, sur +972)

  • Pour rappel, la vidéo d’un enfant de la communauté juive ultra-orthodoxe de Jérusalem en train de brûler un drapeau israélien sous les applaudissements des habitants de Mea Shearim, en mai 2016 :

Notes

  • 1. Bien que sa page Facebook l’identifie comme un « ancien » porte-parole, Shalicar fournit toujours une adresse électronique officielle de l’armée israélienne comme contact : shalicar idf.gov.il. On peut en déduire qu’il n’est pas aussi en retrait du service qu’il le prétend.
  • 2. Il s’agit des tristement célèbres mistaravim, des policiers ou militaires israéliens déguisés qui s’infiltrent dans les manifestations de Palestiniens dans les territoires occupés, et ensuite participent à l’enlèvement ou à l’assassinat de militants. Ils ont déployé leurs talents de tueurs à gage jusqu’à l’intérieur des hôpitaux, où ils se sont occasionnellement introduits pour exécuter des blessés.

Source : http://www.pourlapalestine.be/quand-un-haut-fonctionnaire-des-services-de-renseignement-israeliens-menace-des-citoyens-europeens-de-mort/

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 9220